Soutenez

Géorgie-Russie: en guerre dans le cyberespace

En plus du conflit bien réel qui sévit entre
la Géorgie et la Russie depuis quelques jours, une autre guerre, plus
subtile celle-là, se déroule entre les deux pays: une guerre sur
Internet. Et réellement comme virtuellement, c’est la Russie qui
possède le gros bout du bâton, selon ce que rapporte le New York Times
ce matin.


Le
8 août dernier, les forces proaméricaines géorgiennes ont fait une
incursion en Ossétie du Sud, un territoire «indépendant» (reconnu
toutefois par l’ONU comme faisant partie de la Géorgie), qui a fait
douze morts chez les soldats russes affectés au maintien de la paix
dans la région. La réplique russe a été très sévère en Ossétie du Sud
et s’est poursuivie en Géorgie malgré la bataille en retraite des
troupes géorgiennes.

La contre-attaque russe ne s’est toutefois pas fait uniquement avec des Kalachnikovs, selon cet article
du New York Times, puisque les Russes auraient également attaqué le
site Web du ministère des Affaires étrangères. Depuis, les communiqués
du ministère sont postés sur un blogue hébergé par Blogspot, une propriété du moteur de recherche Google.

Le site Web du président géorgien Mikheil Saakashvili aurait
également été attaqué et est maintenant hébergé à Atlanta aux
États-Unis.

Selon Jose Nazario, un chercheur chez Arbor Networks aux États-Unis,
les attaques effectuées sur ces sites, ainsi que sur au moins deux
sites d’information, sont des attaques DDOS (déni de service), où un
serveur devient inaccessible à cause d’un nombre trop grand de requêtes.

Lien:
Georgia Takes a Beating in the Cyberwar With Russia
Georgian president’s Web site moves to Atlanta
Conflit Georgie-Russie : les USA pas très loin…

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.