Techno

Cellulaire au volant: nuisible selon les médecins ontariens

L’utilisation d’un téléphone cellulaire sur la
route nuirait bel et bien aux capacités des conducteurs de véhicules,
soutient l’Association médicale ontarienne.

Selon
l’AMO, le cellulaire nuit aux fonctions cognitives des conducteurs,
mais également à leur concentration visuelle et à leur temps de
réaction. Afin d’en arriver à ce constat, l’AMO a regroupé les
résultats de plusieurs études scientifiques réalisées au cours des
dernières années à travers le monde.

L’AMO soutient que ces recherches démontrent pour la plupart que les
risques d’accident sont beaucoup plus élevés en utilisant un téléphone
cellulaire tout en conduisant, peu importe si on utilise le combiné
lui-même ou un dispositif mains libres. Conduire tout en parlant au
téléphone cellulaire serait même aussi risqué que de conduire en état
d’ébriété, constate l’association.

Une recherche citée par l’AMO montrerait entre autres que le fait de
parler au téléphone cellulaire en conduisant pousserait les conducteurs
à freiner plus brusquement, à réagir plus lentement lorsque les feux de
circulation changent ainsi qu’à moins regarder dans leurs rétroviseurs.

L’AMO se prononce sur la question puisque plusieurs de ses membres
auraient constaté depuis quelques années une hausse inquiétante de
patients qui doivent se faire opérer d’urgence après un grave accident
de voiture. En 2005, 766 personnes sont mortes sur les routes
ontariennes.

« Parmi les études que nous avons consultées, il est clairement
démontré que les lois qui visent à restreindre l’utilisation du
cellulaire au volant entraînent une diminution des accidents sur la
route », écrit l’AMO, qui souhaite que le gouvernement ontarien agisse.
Rappelons que 30 pays et trois provinces canadiennes, dont le Québec,
interdisent l’utilisation du cellulaire au volant.

Articles récents du même sujet