Techno

Dark Void n'est pas si mauvais!

Will, ex-militaire, devient pilote pour une compagnie aérienne spécialisée dans la livraison de colis en tous genres. Par hasard, une de ses ex-flammes (Ava) nolise son appareil pour une expédition spéciale. L’avion décolle. Les instruments s’affolent, et l’appareil s’abîme dans le Triangle des Bermudes.

En ce moment, Dark Void se fait varloper sur le web. Pourtant, il n’est pas si mal. Certes, il comporte son lot d’imperfections, mais il demeure quand même amusant. Son problème : il souffre du syndrome «vite, vite, il faut le sortir». Un mal qui, malheureusement, frappe la majeure partie des compagnies de jeux vidéo.

En plus, maladroitement, les concepteurs veulent nous plonger au cÅ“ur d’un combat aérien avec bien peu d’informations quant à la façon de nous mouvoir avec le gadget dorsal à réaction. Les contrôles cartésiens en décourageront plus d’un. Il faut prendre le temps de les apprivoiser.  Le titre s’avère un mélange de «shooter» avec un soupçon d’éléments de jeux de rôles, dans la mesure où il est possible d’améliorer nos équipements.

Une expérience complexe
Les combats verticaux apportent un brin de fraîcheur au genre. En effet, les échauffourées étourdissent! Il faut abattre des robots en s’accrochant d’une main, les pieds dans le vide. Ce concept déran-ge, mais je salue l’effort : ça marche! Ajoutez le jet pack à l’équation et vous aurez droit aux commentaires vitrioliques des «critiqueux» dont je fais partie. L’expérience dérange. Il y a trop d’axes à gérer. Malgré tout, j’ai bien aimé cette portion du jeu qui sort des sentiers battus. Vivement la nouveauté!

Les missions restent tout de même variées, avec un soupçon de déjà-vu quant aux combats contre la même gamme de robots. La mécanique boiteuse des combats aériens vient amoindrir le plaisir de détruire les intouchables vaisseaux ennemis. Dommage, surtout que certains des créateurs du studio Airtight Games ont travaillé à l’excellent Crimson Skies : High Road to Revenge. Heureusement, il est possible de bondir sur la soucoupe volante et de s’y agripper en appuyant sur une seule touche. On sent l’inspiration des God of War de ce monde. On peut même extirper son pilote robot et le mettre à mal.

Retrouver des extraterrestres prisonniers du Triangle des Bermudes me plaît.  Le fait qu’en venant visiter notre planète, ils soient aspirés dans cette nouvelle dimension «bermudesque» donne une tournure intéressante à l’histoire (un peu anémique, il faut l’avouer). Dark Void offre une vingtaine d’heures de jeux. C’est une bonne location, mais il faut prendre le temps d’y jouer véritablement…

Pour plus dérails sur le jeu, visitez le site de Dark Void.

 

Articles récents du même sujet