Techno

Army of Two – The 40th Day: De l'action à profusion

Rios et Salem arrivent à Shanghai. La ville étant sous attaque, nos deux comparses se retrouvent au beau milieu d’une guerre dont ils ignorent l’origine. Les buildings s’écrasent, les innocents meurent, et nos deux soldats se posent de sérieuses questions. Ils tenteront de savoir qui se cache derrière ces attaques orchestrées de main de maître.

Le premier opus de la série Army of Two m’avait laissé plutôt tiède. The 40th Day, toujours développé par EA Montréal, est beaucoup plus intéressant. Rappelons qu’il s’agit d’un titre mettant de l’avant la coopération entre équipiers. Un des tours de force qu’a réussis le studio montréalais reste sans contredit d’arriver à nous faire oublier que notre partenaire est contrôlé par l’ordinateur en mode solo.

C’est digne de mention! Peu importe le joueur choisi, nous pouvons compter sur notre partenaire. Malheu­reusement, on ne peut en dire autant de nos ennemis. Parfois, ils font preuve d’intelligence, mais le plus souvent, ils courent directement à leur mort en se jetant devant nos projectiles.

Des choix à faire
Les choix moraux que nous devons faire rajoutent une touche intéressante au jeu. Ils nous placent dans des situations délicates et nous rappellent qu’une médaille a toujours deux côtés! Par exemple, si nous laissons la vie sauve à une cible, l’action se transforme en bandes dessinées, et la résultante de notre décision nous est projetée.

Je dois vous avouer que j’aime beaucoup cette petite touche parfois dérangeante. Les otages aux mains des ennemis peuvent être sauvés ou ignorés. Si nous optons pour une mission de secours, une récompense morale garnira notre karma, et de l’argent gonflera notre compte en banque. L’option de continuer notre chemin s’offre aussi à nous. Si nous décidons de rester inactifs, les innocents sont éliminés sans conséquence pour nous… mais nous nous sentons «cheap».

La «fausse reddition» est intéressante. Imaginez-vous contre deux malfrats dans une pièce fraîchement investie. L’option de capituler permet de lever les bras et de se mettre à genoux afin de prétendre d’abdiquer. En réalité, à la dernière seconde, vous dégainez votre pistolet, et la scène défile au ralenti. Ainsi, on surprend les mercenaires en les éliminant tour à tour.
Le système de couverture n’est pas sans rappeler celui de Gear of War, mais en moins efficace. Je dirais qu’il s’agit d’un des points faibles du jeu. Army of Two – The 40th Day : un bon divertissement avec de l’action à profusion!

Formule améliorée
EA Montréal a fait ses devoirs. La majeure partie des irritants de la première mouture a disparu. La première chose qui frappe, c’est le design des arènes de combats. Celles-ci offrent une foule de possibilités stratégiques. J’ai particulièrement aimé le zoo et j’ai aussi aimé combattre sur la façade d’un building écroulé.

Articles récents du même sujet