Techno
18:53 2 juillet 2015 | mise à jour le: 3 juillet 2015 à 09:12 Temps de lecture: 4 minutes

Getaround: le Airbnb de la voiture m’a séduit

Getaround: le Airbnb de la voiture m’a séduit

J’ai découvert la semaine dernière un service américain des plus prometteurs, qui pourrait probablement à lui seul convaincre bien des Montréalais à délaisser leur voiture pour de bon. Malheureusement, Getaround, un service qui permet de louer son automobile comme bon nous semble, n’est toujours pas offert à Montréal, même si le concept fonctionnerait surement bien dans la métropole québécoise.

Avez-vous déjà marché dans les rues d’un quartier résidentiel montréalais? Combien de voitures restent stationnées là, parfois pendant des jours, sans jamais bouger?

La propriété est bien souvent l’un des concepts les moins efficaces qu’il y ait pour conduire une voiture, surtout en ville, alors bien des gens n’utilisent leur bolide qu’une fraction du temps seulement.

L’application mobile Getaround permet d’optimiser son véhicule, en l’offrant à louer lorsqu’on ne s’en sert pas, un peu comme il est possible de louer sa demeure sur Airbnb lorsqu’on part en vacances.

Quelqu’un pourrait décider par exemple de louer sa voiture tous les jours jusqu’à 17h parce qu’il va au travail en transport en commun. Un autre pourrait la louer pour une semaine pendant ses vacances, ou encore de 9h à 17h du lundi au vendredi, alors qu’elle est stationnée au bureau.

« Tout ceci peut être programmé simplement dans l’application mobile, et on fournit un dispositif qui permet de déverrouiller et de démarrer sa voiture avec un téléphone », explique Meghan Murray, chef de communauté chez Getaround.

Pour ceux qui n’ont pas de véhicule (ou pour les familles qui n’ont qu’une automobile et qui en ont parfois besoin de deux), Getaround permet d’obtenir une véritable voiture pour quelques heures, à une fraction du prix d’une location. Selon leur qualité, celles-ci sont généralement offertes de 4$ à 13$ de l’heure, et il est aussi possible d’obtenir des tarifs à la journée ou à la semaine.

Et pour les curieux, l’assurance est couverte par Getaround directement.

mustang

Une industrie intéressée
On pourrait croire que l’industrie automobile craigne cette initiative comme la peste, mais ce n’est pas le cas.

La semaine dernière, à l’occasion de la conférence Further with Ford 2015, le fabricant américain Ford a par exemple annoncé un projet pilote, où ceux ont acheté un véhicule Ford avec financement et qui résident dans une ville où le service est offert pourront s’y inscrire automatiquement.

Pourquoi?

Pour étudier l’intérêt des consommateurs envers ces nouvelles façons de posséder un véhicule, et bien sûr pour voir comment le fabricant pourra en profiter, ou du moins s’y adapter. Car après-tout, les jeunes de la génération Y tiennent de moins en moins à posséder une voiture, et ceux-ci risquent dans tous les cas de se tourner vers des services du genre.

Et tout n’est pas négatif pour l’industrie de toute façon. Si certaines personnes n’achèteront pas de véhicule grâce à ce service, d’autre pourraient au contraire en acheter un en espérant le louer, et d’autres pourraient acheter un véhicule plus luxueux que prévu grâce à cette aide.

Il faut dire que Getaround est plutôt payant. « Nos utilisateurs à San-Francisco gagnent en moyenne 521$ avec leur véhicule », précise Meghan Murray. Un montant qui devrait baisser à mesure que l’offre augmentera, mais qui est d’ici là assez grand pour que sa voiture se paye d’elle-même.

getaround montreal

Getaround au Canada?
Malheureusement, Getaround est offert seulement dans une poignée de villes aux États-Unis pour l’instant, soit San Francisco, Berkeley, Oakland, Portland, Washington et Chicago.

Une expansion au Canada est toutefois dans les plans. «Certains de nos cofondateurs viennent de la région d’Ottawa, alors c’est certain que l’intérêt est là», confie Meghan Murray.

Un lancement montréalais ne se fera pas de sitôt par contre. Traduction de l’application, ajustements légaux, nouvelles assurances: le travail à faire est de longue haleine pour une petite entreprise en démarrage, qui doit aussi poursuivre son expansion aux États-Unis.

Lorsque le service arrivera, celui-ci viendra toutefois complémenter à merveille Car2Go, Auto-Mobile, Communauto, Bixi et le transport en commun.

Pour quelqu’un qui ne possède pas de voiture, voilà certainement une excellente nouvelle.

Articles similaires