Soutenez

Des projets culturels rassemblent la nation mohawk de Kahnawake et Lachine

Photo: Alexis Fiocco/Métro

Depuis plusieurs années, la mairesse de Lachine, Maja Vodanovic, et la grande cheffe de la communauté mohawk de Kahnawake, Kahsennenhawe Sky-Deer, s’allient pour «réécrire l’histoire» commune des deux villes.

Deux projets culturels de grande ampleur sont prévus pour mettre l’accent sur la coopération historique entre Kahnawake et Lachine.

Tout d’abord, la mairesse de Lachine souhaite revoir l’exposition permanente du musée de Lachine pour raconter des pans moins connus de cette histoire.

«Nous voulons raconter la vraie histoire, qu’au Québec, nous avons eu des relations positives pour beaucoup de choses», souligne-t-elle.

Les deux élues parlent notamment de l’importance des Mohawks dans la construction d’infrastructures à Montréal. «Nous avons construit le Canada moderne ensemble», estime Maja Vodanovic.  

Actuellement, la seule trace d’une histoire commune est le monument du massacre de Lachine, survenu en 1689 lorsque des guerriers mohawks avaient attaqué la colonie de Lachine, un symbole réducteur aux yeux des deux élues.

Reconquérir la culture Mohawk

De l’autre côté du lac Saint-Louis, un projet de centre culturel mohawk est dans l’air depuis quelque temps. Ce nouveau centre culturel abritera un musée ainsi que la compagnie de théâtre locale pour mettre de l’avant la culture mohawk dans la réserve autochtone. Les travaux devraient commencer au printemps 2023, pour une ouverture prévue en 2025.

Selon la grande cheffe mohawk, le nouveau centre s’inscrit dans un «effort important pour reconquérir notre langue et notre culture dans notre communauté».

Au-delà de la réappropriation de la culture mohawk, le centre permettrait aux «gens de l’extérieur de venir ici et d’en apprendre davantage sur nous et directement de nous. Ce qui est enseigné dans les écoles est si basique et démodé», estime Kahsennenhawe Sky-Deer.

Dans un effort de réconciliation, la mairesse de Lachine souhaite «rendre tout ce qui fait partie de [la] culture [mohawk]» et qui est dispersé dans les centres culturels de Montréal à la communauté de Kahnawake.

Jusqu’ici, les nations autochtones ne pouvaient pas récupérer leurs artefacts, faute de ressources pour conserver ces pièces historiques.

Le musée de Kahnawake, qui sera le plus grand de la nation mohawk, pourra enfin remédier à ce problème.

«C’est essentiellement un rapatriement d’objets», explique la grande cheffe mohawk.  

50 millions de dollars

Après cinq ans de discussion, le projet se concrétise.

«Nous sommes dans le processus de lancement du cabinet et de collecte de fonds», a déclaré Mme Sky-Deer.

La mairesse de Lachine est d’ailleurs une des douze membres du cabinet responsables de récolter des fonds pour faire du musée une réalité.

Sur les 50 millions de dollars visés pour construire le centre culturel, la grande cheffe confie avoir récolté 21 M$, dont 16 M$ de la part du gouvernement fédéral.

Par ailleurs, Mme Sky-Deer prévoit de rencontrer le premier ministre François pour parler de financement.

«Je veux que la province s’engage à l’égard de ce projet», a-t-elle déclaré.

Alors que le centre culturel avait déjà été imaginé dans les années 1970 par le conseil mohawk de Kahnawake, mais n’avait pas été réalisé, faute de fonds, Kahsennenhawe Sky-Deer confie qu’«aller de l’avant avec la façon dont nos ancêtres l’ont imaginé, c’est un rêve réalisé».

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez chaque semaine, un résumé de l’actualité de Lachine & Dorval.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.