Sports

NBA: 11 victoires de suite pour le Jazz

Rick Bowmer / The Associated Press Photo: Rick Bowmer
Anne M. Peterson - The Associated Press

PORTLAND, Ore. — Il y a quelques semaines, les choses n’allaient pas très bien pour le Jazz mais dans la NBA, on ne s’en faisait pas pour l’Utah.

«Ils ont de bons joueurs, a confié Damian Lillard, des Blazers. Je pense que personne n’a été surpris de les voir se relever.»

Le Jazz va entamer la deuxième portion de la saison en ayant gagné 11 matches de suite. La séquence les a remis dans la lutte pour une place en séries.

L’Utah n’a pas perdu depuis le 22 janvier – 104 à 90 à Atlanta, ce qui faisait glisser la fiche du club à 19-28.

«Nous avions parfois l’air de ne pas vouloir jouer, moi inclus, a confié à ce moment la recrue Donovan Mitchell. Mais ce n’est pas qui nous sommes. Ce n’est pas notre identité.»

Le Français Rudy Gobert a ajouté que la route serait pénible à moins de «commencer à être plus robustes et plus concentrés sur notre boulot, individuellement et collectivement.»

Cette défaite aura été un point tournant. Le Jazz a remporté le match suivant en prolongation à Detroit et depuis, ils ont aussi battu Toronto, Golden State et San Antonio – deux fois, dans ce dernier cas. Portland avait gagné neuf matches de suite à la maison, mais c’était avant que le Jazz arrive en ville. L’Utah s’est imposé par 19 points.

«Ils récoltent les fruits de leur labeur, a dit l’entraîneur des Spurs, Gregg Popovich. Ils adhèrent à leur système. Ça prend un temps avant de s’installer. Il faut du caractère, mais aussi des joueurs alertes et rigoureux.»

Mitchell mène les siens avec 24 point en moyenne par match, au fil de la séquence. Globalement, il amène à ce point-ci 19,6 points par rencontre, avec trois rebonds et demi et autant de passes.

«Il devrait être la recrue de l’année, estime Lillard. Pas juste au niveau des chiffres, mais pour l’impact qu’il a. On peut dire qu’il est leur leader, et c’est rare de pouvoir dire ça à propos d’une recrue.»

De plus, le Jazz compte maintenant sur Jae Crowder, acquis des Cavaliers. Son père Corey a joué pour le Jazz en 1991-92.

En trois matches, Crowder a inscrit en moyenne 14,7 points et cinq rebonds.

«Les gars m’ont accueilli à bras ouverts, a dit Crowder. J’ai vraiment beaucoup de plaisir à jouer avec eux.»

Le Jazz reprend l’action jeudi soir à Salt Lake City, contre Portland.

Articles récents du même sujet