Sports

Les athlètes canadiennes se mettent en évidence

Nathan Denette / La Presse Canadienne Photo: Nathan Denette

PYEONGCHANG, Corée, République de — Les athlètes féminines canadiennes ont pris les choses en main aux Jeux olympiques de Pyeongchang, vendredi, offrant à leur pays sa meilleure récolte de l’histoire à des jeux d’hiver.

La Britanno-Colombienne Kelsey Serwa et la Québécoise Brittany Phelan ont entrepris la journée avec un doublé en finale de l’épreuve de ski cross. Moins de trois heures plus tard, Kaetlyn Osmond, de Terre-Neuve-et-Labrador, s’est assurée la médaille de bronze en patinage artistique, offrant une 27e médaille au Canada — une de plus que les 26 obtenues à Vancouver en 2010.

Osmond, toute souriante après sa performance, n’avait pas conscience de l’importance de sa médaille de bronze.

«Je ne le savais pas, mais c’est très excitant», a-t-elle reconnu.

Le directeur de la haute performance à Patinage Canada, Mike Slipchuk, gardait toutefois un oeil sur le décompte des médailles.

«J’avais ça à l’esprit lorsque j’ai vu les deux médailles en ski cross aujourd’hui, a-t-il révélé. J’ai pensé: ‘D’accord, nous avons eu la première médaille d’or des Jeux (l’épreuve de patinage artistique en équipes) et nous pouvons être les premiers à atteindre la barre de 27.’»

La médaille d’or de Serwa était la 10e du Canada à Pyeongchang. C’est aussi sa deuxième médaille olympique après avoir mérité l’argent à Sotchi il y a quatre ans.

«Nos skis ressemblaient à des fusées aujourd’hui, s’est exclamée Serwa, âgée de 28 ans.

«J’avais un plan et je l’ai exécuté, et j’étais tellement excitée… Je finis avec la médaille d’or au cou et ma meilleure amie, ‘Brit’, est sur la deuxième marche du podium. C’est une sensation incroyable!»

Phelan a elle aussi qualifié ce doublé canadien d’«absolument incroyable.»

«Ça n’aurait pu être mieux, a-t-elle dit. Terminer deuxième derrière ma meilleure amie, c’est comme un rêve devenu réalité.»

La journée n’avait pourtant pas bien commencé pour le Canada sur la piste de ski cross. La médaillée d’or de Sotchi Marielle Thompson a subi l’élimination après une chute dès la première vague des huitièmes de finale au Parc à neige Phoenix tandis que sa coéquipière India Sherret a chuté lourdement à mi-parcours avant d’être évacuée en civière.

Elle a été transportée à l’hôpital pour se soumettre à des examens mais son état est stable.

La course de vendredi était la première compétition de Thompson depuis qu’elle s’est déchirée le ligament croisé antérieur et son ligament latéral interne lors d’une séance d’entraînement en octobre, ce qui l’a obligée à s’absenter de la saison de la Coupe du monde.

Son retour semblait bien se passer après avoir dominé la ronde de qualification, jeudi.

«Je suis assez déçue, surtout parce que j’étais la première à l’issue de la phase de qualification, a-t-elle déclaré. Mais je suis fière d’avoir été capable d’être ici, ce qui est en soi un exploit.»

Au Palais des glaces de Gangneung, Osmond a obtenu 152,15 points pour son programme libre au son de la musique du «Cygne noir» pour un total de 231,02 points. L’athlète de 22 ans, qui a presque abandonné le patinage après s’être fracturée la jambe à la suite d’un accident à l’entraînement en 2014, a exécuté son programme avec sept triple sauts. Elle a commis sa seule petite faute sur un triple Lutz.

La Russe Alina Zagitova, âgée de seulement 15 ans, a obtenu un total de 239,57 points pour enlever la médaille d’or. Sa coéquipière et championne du monde en titre Evgenia Medvedeva a mérité la médaille d’argent avec 238,26 points.

La journée a toutefois tourné au désastre pour Gabrielle Daleman, qui était septième après le programme court. L’Ontarienne de 20 ans a chuté trois fois et écopé d’une déduction de 4,00 points. Elle s’est finalement classée 15e.

Au lendemain d’une décevante défaite de 3-2 en tirs de barrage contre les États-Unis en finale du tournoi de hockey féminin, la défenseure canadienne Jocelyne Larocque a admis qu’elle regrettait d’avoir retiré sa médaille immédiatement après qu’on lui ait remise.

Par le biais d’un communiqué publié par Hockey Canada, Larocque a tenu à s’excuser au Comité international olympique (CIO), à la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF), au Comité organisateur des Jeux olympiques de Pyeongchang, au Comité olympique canadien, à ses coéquipières et aux partisans.

Articles récents du même sujet