Le Sportnographe

S’améliorer sans bouger

S’améliorer sans bouger

La folie de l’ouverture du marché des joueurs autonomes s’est estompée et Marc Bergevin est resté plutôt immobile, avec raison.

Il y a bien eu l’offre hostile à Sebastian Aho, mais on va se le dire, il s’agissait là d’une façon de nous montrer qu’il travaille fort pour améliorer l’équipe alors que plusieurs pensent que le DG travaille surtout fort pour améliorer sa masse musculaire.

Coco, Kiki et pourquoi pas Tata sur le même trio, ça fait rêver.

Sa plus grande acquisition, Ben Chariot, est une sorte de Jamie Benn, mais qui coûte deux fois plus cher. Voilà pourquoi Bergevin a bien fait de ne pas faire trop d’emplettes le 1er juillet. C’est deux fois plus cher qu’ailleurs. Un peu comme chez Rachelle-Béry.

Certains diront que Canadien avait besoin d’un Ben «F1» plutôt que d’un Ben «Chariot», mais c’est sans compter sur les jeunes de nos jours qui cognent à la porte.
On voit déjà le tout petit Cole Caufield, que nous surnommerons Coco, se tailler une place dans l’équipe. Et on ne parle pas ici de l’équipe de mini-hockey, mais bien du grand club. Canadien. Rien ne dit que Coco ne développera pas une complicité d’enfer avec Kotkaniemi, que nous surnommons Kiki, dès la saison prochaine.

Le départ d’Andrew Shaw laisse de la place pour que ces jeunes prennent de la place. C’est pourquoi il ne faut pas faire un cas de l’argent qu’il reste à Canadien avant d’atteindre le plafond salarial. Marc Bergevin pourra s’en servir pour acquérir quelque chose qui lui sera plus utile. Genre un bench press tout neuf.