Actualités

Enquête sur le CHSLD Herron: la coroner veut rappeler des témoins

Géhane Kamel, du bureau du coroner
Géhane Kamel, du bureau du coroner Photo: Josie Desmarais/Métro

Face à des réponses insatisfaisantes et des «versions contradictoires», Me Géhane Kamel, la coroner qui préside l’enquête sur les 47 décès survenus au CHSLD Herron au printemps 2020, veut rappeler au moins quatre témoins à la barre.

Pour ce faire, Me Kamel ajoute trois jours d’audience à cette enquête publique, les 25, 26 et 27 octobre prochains. «C’est la première fois qu’on fait ça, je pense, dans notre histoire», a-t-elle déclaré jeudi matin. 

La coroner n’a pas précisé quels témoins elle compte rappeler. «J’ai à tout le moins quatre témoins que je veux voir, que je veux challenger par rapport à de l’information qu’on a reçue», a-t-elle précisé.

Le volet factuel de cette enquête devait se terminer aujourd’hui avec la fin du témoignage de la propriétaire du CHSLD Herron, Samantha Choweiri.

Cependant, Me Géhane Kamel a indiqué avoir «très mal dormi» la nuit dernière puisqu’elle est partie du palais de justice de Longueuil, la veille, avec «beaucoup de questions» et des «réponses à moitié». Elle sait déjà qu’elle partira «insatisfaite» jeudi soir.

«Une enquête du coroner ne cherche pas une imputabilité absolue d’une partie ou d’une autre partie. Ce qu’on cherche, c’est la vérité», a-t-elle souligné. Or, dans ce dossier, Me Kamel a l’impression que «la vérité est aléatoire» puisque les versions des témoins se contredisent. 

La coroner avait déjà sermonné une des trois gestionnaires du CHSLD Herron Tina Pettinicchi puisque son récit différait trop de ceux des témoins du CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal.

Si j’étais une des familles touchées par cette tragédie, j’aurais l’impression de partir avec tellement de questions et c’est le contraire qu’on veut faire. Il faut arriver à élucider un minimum pour eux.

Me Géhane Kamel, coroner

Visionnement des caméras

Par ailleurs, Me Géhane Kamel a décidé de visionner les bandes-vidéo des caméras de surveillance du CHSLD Herron pour les dates du 27, 28 et 29 mars 2020 afin de voir si des employés de l’établissement ont quitté le bateau, laissant des résidents à eux-mêmes. 

«Si c’était mon père… My God! Je voudrais savoir ce qui s’est passé et je voudrais certainement savoir si on l’a laissé seul pendant ces trois jours qui ont suivi», a-t-elle ajouté. 

Le 29 mars 2020, plusieurs résidents ont été retrouvés affamés et déshydratés. Certains étaient aussi couchés dans leur urine et leurs excréments depuis plusieurs jours.

Après visionnement, la coroner conclura si les images sont pertinentes pour l’enquête. 

Le CHSLD Herron a fermé ses portes à l’automne 2020. Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déjà annoncé qu’il ne déposerait pas d’accusations dans ce dossier. 

La coroner entendra tout de même les déclarations de trois familles de défunts jeudi après-midi.

Articles récents du même sujet