Actualités

Certains aînés devront avoir une troisième dose

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. /Josie Desmarais Photo: Josie Desmarais

Québec administrera une troisième dose de vaccin contre la COVID-19 aux résidents des milieux de vie pour personnes âgées, comme les résidences privées pour aînés et les CHSLD. C’est ce que le ministre de la Santé et des Services sociaux Christian Dubé a annoncé mardi, à Québec.

Malgré le taux de vaccination élevé, 140 cas actifs sont recensés dans les milieux de vie pour personnes âgées. «Ce n’est rien de dramatique, mais on veut rester en avant de la parade», a justifié M. Dubé, statuant que cette dose de rappel se voulait surtout «préventive».

La situation épidémiologique ne justifie pas la vaccination de l’entièreté des aînés. Du moins, «pour l’instant», a expliqué le Dr Horacio Arruda. Il en va de même pour une dose de rappel pour l’entièreté de la population. 

«On n’est pas là, a-t-il tranché. Ce sera peut-être une possibilité si de nouveaux variants frappent.»

En août, le Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) recommandait l’administration d’une troisième dose pour les personnes immunosupprimées, notamment celles atteintes d’une maladie chronique.

À ce jour, le CIQ ne recommandait pas une nouvelle dose pour les résidents de milieux de vie pour personnes âgées. La semaine dernière, les États-Unis ont autorisé l’administration d’une troisième dose aux Américains de 65 ans et plus. Les personnes plus vulnérables ou plus exposées au virus pourront aussi recevoir une troisième dose.

Le plan pour pallier la pénurie critiqué

L’annonce d’un plan pour pallier la pénurie d’infirmières dans le réseau a soulevé un lot de critiques, notamment de la part de syndicats. Divers intervenants estiment que la stratégie de Québec se limite au plan financier et estiment qu’elle ne se concentre pas assez sur l’amélioration des conditions de travail, notamment par l’élimination des temps supplémentaires obligatoire (TSO).

«Ça va nous prendre des succès pour que les gens croient qu’on peut changer le cours des choses», admet Christian Dubé. En ce sens, le ministère fera des mises à jour au cours des prochaines semaines afin de détailler les succès obtenus grâce à son plan.

À l’interne, les membres de la direction des hôpitaux et les équipes de soins auraient salué le plan établi par Québec, indique M. Dubé. Il reste toujours 7500 infirmières en contact direct avec les patients à vacciner avant la date limite pour la vaccination obligatoire imposée le 15 octobre.

La semaine dernière, Québec a annoncé que les infirmières travaillant à temps plein qui demeureront dans le réseau ou le réintégreront empocheront des bonis s’échelonnant de 12 000$ à 18 000$. Tout cela, dans le cadre d’un plan d’un milliard de dollars pour contrer la pénurie.

L’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) a toutefois fait savoir son mécontentement au gouvernement. Une pénurie frappent aussi ces professionnels, qui cherchent à améliorer leurs conditions de travail. Dans l’espoir de relancer les négociations de la convention collective, l’organisation rencontrera jeudi la présidente du Conseil du trésor, Sonia Lebel.

Assouplissement à venir?

En ce qui concerne la situation épidémiologique générale, «il est trop tôt pour crier victoire», a prévenu le ministre de la Santé et des Services sociaux. Même si les cas et les hospitalisations sont relativement stables, les infections sont à la hausse dans les régions de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Vu la situation qui s’améliore, il est toutefois possible que des assouplissements soient prochainement annoncés, notamment en ce qui concerne les rassemblements publics. La capacité maximale de personnes admises dans les lieux fermés et ouverts pourrait notamment être augmentée.

«Est-ce que c’est rendu le moment? Je pense qu’il faut suivre la situation des prochains jours. Vous allez voir des éléments positionnés», a laissé entrevoir le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Ces assouplissements ne seront réservés qu’aux personnes doublement vaccinées, a ensuite ajouté Christian Dubé.

Articles récents du même sujet