Montréal

Deux-Montagnes: la CAQ déçue des compensations de Québec

Deux-Montagnes: la CAQ déçue des compensations de Québec
Photo: Archives MétroLa fermeture d'une voie ferroviaire sur deux à la hauteur de Ville Mont-Royal entraîne un nouvel horaire des trains de banlieue depuis le début de la semaine.

La Coalition Avenir Québec (CAQ) est déçue des compensations annoncées jeudi par le ministre des Transports, André Fortin, pour les usagers de la ligne de Deux-Montagnes, dont le déplacement est gravement perturbé par le chantier en cours du Réseau express métropolitain (REM).

«On profite encore d’un contexte électoral pour laisser entendre qu’on prend les choses en main», se désole Benoit Charette, le député de Deux-Montagnes et porte-parole de la CAQ en matière de transport.

M. Charette reconnaît que les 12M$ investis par Québec en vue d’offrir une réduction tarifaire de 30% sur l’abonnement aux usagers de la ligne de Deux-Montagnes sont «un pas dans la bonne direction», mais il déplore que le gouvernement ait laissé exo augmenter ses tarifs au 1er juillet, alors que la société avait déjà coupé dans les services sur la ligne de banlieue.

«Oui il fallait baisser les tarifs, mais pourquoi attendre la veille d’une élection? On réclame un plan semblable depuis plusieurs semaines, sinon quelques mois», a soutenu M. Charette

Celui-ci aurait plutôt préféré que Québec force les sociétés de transport à se doter d’une politique garantissant la qualité du service, et le respect de celui-ci. «Il faut les forcer à être transparentes et à publier un horaire qui soit respecté», pense M. Charette, qui rappelle que cette promesse fait partie du «plan de décongestion» pour la grande région de Montréal proposé par la CAQ à la fin du mois de juin.

La CAQ suggère donc que le financement des sociétés de transport soit amputé d’une part de leur subvention si elles ne mettent pas en place ce genre de politique.

«La Société de transport de Laval (STL) s’est dotée d’une politique de cette nature-là et elle connaît de beaux succès, illustre M. Charette. Quand le retard est trop important, l’usager peut être compensé pour le non-respect du service qui lui était promis.»

Le porte-parole de la CAQ en matière de transport se questionne également quant à l’entretien du «matériel roulant».

«Dans le cas de Deux-Montagnes, on attribue aux travaux du REM les défaillances sur la ligne, mais il ne faut pas exclure que le gouvernement n’a pas été assez rigoureux au niveau de l’entretien ces dernières années», indique M. Charette.