Montréal
12:32 17 décembre 2019 | mise à jour le: 17 décembre 2019 à 17:59 temps de lecture: 4 minutes

Montréal étudie le retour du sens unique en alternance sur la voie Camillien-Houde

Montréal étudie le retour du sens unique en alternance sur la voie Camillien-Houde
Photo: Mario Beauregard

La Ville de Montréal étudie la possibilité d’imposer de nouveau une circulation à sens unique sur une portion de la Voie Camillien-Houde malgré les critiques. La traversée du col de Camillien-Houde se ferait ainsi en alternance, comme l’été dernier.

Les documents de la séance du conseil municipal, actuellement en cours, indiquent que la Ville a octroyé en novembre un contrat de 22 808$ à la la firme Intervia. Celle-ci a reçu le mandat de mener «une étude d’accessibilité au mont Royal» portant sur la «mise à sens unique de la Voie Camillien-Houde».

Une décision qui ne plaît pas au chef de l’opposition, Lionel Perez.

«Encore une fois, cette administration n’écoute pas la population, elle ne se fie pas aux recommandations de l’OCPM pour n’en faire qu’à sa tête. Encore une fois, ils démontrent à quel point ils n’en font qu’à leur tête sur une base idéologique, au lieu d’être à l’écoute des Montréalais et des Montréalaises», a-t-il dit en point de presse mardi matin.

Mesure critiquée

En mai dernier, l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) a déposé son rapport sur le projet pilote de fermeture au transit automobile de la voie Camillien-Houde, tenu de juin à octobre 2018. L’organisme y recommande de maintenir la circulation automobile, mais de transformer cette voie en chemin de plaisance «qui s’intègre mieux à la vocation du parc du Mont-Royal» et augmente la sécurité des piétons et des cyclistes. 

Cet été, la Ville a mis en place des mesures temporaires de sécurisation de la Voie Camillien-Houde, dont l’installation de dos d’âne et de 400 bollards afin de ralentir le débit de voitures. La plupart d’entre elles ont été conservées jusqu’au 31 octobre.

Sens unique critiqué

L’administration de Valérie Plante a toutefois fait marche arrière, en septembre, sur une de ces mesures temporaires. Elle a alors retiré le feu rouge en alternance qui avait été mis en place en juin dans la courbe du chemin du mont Royal menant au belvédère Camillien-Houde afin d’y imposer une circulation à sens unique.

Même si la circulation en alternance a fait l’objet de nombreuses critiques cet été, notamment de la part de la Société de transport de Montréal, la Ville ne ferme pas la porte au retour d’une telle mesure l’an prochain.

«Les constats préliminaires rendent plus difficile sa mise en application, mais notre administration a choisi d’obtenir un deuxième avis externe afin de trancher définitivement sur cette option», a indiqué l’attachée de presse de la mairesse de Montréal, Geneviève Jutras.

En marge d’un point de presse mardi après-midi, la mairesse Valérie Plante a toutefois laissé entendre qu’elle «ne pense pas» que la Ville optera pour le retour du sens unique sur la voie Camillien-Houde.

Mme Plante a d’ailleurs rappelé que la possibilité de mettre en place un feu alternatif à décompte pour encadrer la circulation sur cette voie faisait partie des recommandations incluses dans le mémoire déposé par Ensemble Montréal dans le cadre de la consultation publique de l’OCPM.

«On va continuer à s’assurer que l’administration est imputable et respecte la volonté des Montréalais.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

Vision à long terme

La Ville réalise actuellement plusieurs études sur le chemin Camillien-Houde «en vue de sa transformation en chemin de parc».

«Ces études visent à effectuer un diagnostic complet de l’accessibilité à la montagne, qu’il s’agisse de l’accessibilité à pied, à vélo, via les campus universitaires et le cimetière», a précisé Mme Jutras.

Cette dernière a par ailleurs précisé qu’il est «trop tôt à ce stade-ci pour tirer quelconque conclusion sur l’avenir du chemin Camillien-Houde». La Ville présentera sa «vision» sur ce projet au printemps prochain, a-t-elle précisé.

«Il y a tellement d’enjeux sur le mont Royal, donc je ne veux pas me substituer aux spécialistes», a déclaré Mme Plante lorsque questionnée à cet effet.

Le Plan triennal d’immobilisations 2020-2022 de la Ville donne toutefois un aperçu de l’ampleur de ce projet. L’administration municipale prévoit ainsi investir 90 M$ afin de métamorphoser le chemin qui traverse le mont Royal d’ici 2025, a récemment constaté Métro.

Articles similaires