Montréal
05:30 17 juillet 2021 | mise à jour le: 16 juillet 2021 à 18:15 Temps de lecture: 4 minutes

Vaccin: jusqu’à 17% des travailleurs de la santé n’ont reçu aucune dose

Vaccin: jusqu’à 17% des travailleurs de la santé n’ont reçu aucune dose
Photo: sevendeman/123RF

Les travailleurs de la santé – excluant les médecins – sont parmi les plus hésitants à se faire vacciner selon diverses données. Entre 13% et 17% des travailleurs de la santé de l’île de Montréal n’ont toujours reçu aucune dose de vaccin, et ils formeraient un des plus importants groupes de personnes réticentes à se faire vacciner.

À Montréal, selon des données obtenues par Métro auprès des différents CIUSSS, 87% des employés du CIUSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal ont reçu une première dose. Le chiffre descend à 85% au CIUSS de l’Ouest-de-l’Île, puis 84% au CIUSSS du Nord-de-l’Île. Enfin, ils sont 83% a avoir reçu une première dose de vaccin au CIUSSS de l’Est-de-l’Île.

À l’opposé, les médecins ont presque tous reçu au moins une dose. 95% des médecins du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal ont reçu une première dose. Les autres CIUSSS n’ont pas pu fournir à Métro les taux de vaccination de leurs médecins.

Un groupe en retard

Les travailleurs de la santé sont ainsi en retard sur des groupes qui sont pourtant moins prioritaires. Dans l’ensemble de la population du Québec, 92% des 60 ans et plus ont reçu une première dose. Cela représente une différence entre 9 et 5 points de pourcentage comparé aux travailleurs de la santé des CIUSSS montréalais.

Les taux de vaccination par groupe d’âge comprennent les personnes en CHSLD, le seul groupe qui se trouve devant les infirmières et autres travailleurs dans la liste de priorités de vaccination. Les résidents de CHSLD ne comptent toutefois que pour 3% des aînés du Québec. Les personnes de 60 ans, 70 ans et 80 ans et plus se trouvent elles, aux 7e, 6e et 5e rangs de priorisation. 

L’écart se creuse en ce qui concerne les deuxièmes doses lorsque l’on compare la vaccination des 60 ans et plus à celle des travailleurs de la santé des CIUSSS montréalais.

Si 79% des 60 ans et plus sont entièrement vaccinés, actuellement, seulement 61% des employés du CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île le sont aussi. Ils sont 67% au CIUSSS du Nord-de-l’Île, au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île, ainsi qu’au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal à être entièrement vaccinés. Soit une différence entre 18 et 12 points de pourcentage comparé aux 60 ans et plus.

Plus réticents que d’autres groupes

Un sondage récent de l’INSPQ montre aussi que, parmi les personnes qui hésitent toujours à se faire vacciner, les travailleurs de la santé sont un des groupes les plus fortement représentés (18% des réticents). Ceux-ci se placent en deuxième position après les personnes sans emploi (19%). Les données l’INSPQ s’appuient sur des sondages sur les attitudes et comportements des adultes québécois pour la période du 25 juin au 7 juillet 2021.

Interrogé en conférence de presse par Métro, le ministre de la Santé Christian Dubé n’a pas commenté les différentes données, affirmant que «90% des travailleurs de la santé sont vaccinés».

Parmi les raisons évoquées par les répondants hésitants, presque un tiers (27%) évoque une vision du monde complotiste et 15% expliquent ne pas être inquiets à l’idée d’attraper la COVID-19. Également, 14% ont indiqué ne pas toujours suivre les principales mesures recommandées.

Qu’ils aient l’intention se faire vacciner ou non, les répondants se disent inquiets quant à l’efficacité de la vaccination contre les variants. Environ 58% des personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner ou ne le savent pas encore se disent inquiets quant à l’efficacité de la vaccination contre les variants contre 54% pour celles qui ont l’intention de se faire vacciner.

Finalement, 26% des travailleurs de la santé non vaccinés interrogés déclarent ne pas savoir s’ils se feront vacciner. Environ 21% des répondants qui n’ont pas ou peu l’intention de se faire vacciner évoquent le manque de confiance en la vaccination. Certains (14%) citent aussi la crainte vis-à-vis du nouveau vaccin.

À noter que depuis l’annonce du passeport vaccinal le 8 juillet, le nombre de réticents s’est stabilisé à 6%, contre 15% en février dernier.

Le gouvernement Québec espère toujours atteindre son objectif des 75% d’ici la fin août. Pour cela, il mise sur différents moyens et incitatifs à la vaccination. À l’image d’un centre de vaccination mobile (vaccin-o-bus), du passeport vaccinal dès le 1er septembre ou encore plus récemment le concours vaccinal.

Avec la collaboration d’Éric Martel.

Articles similaires