Montréal

Sociétés de développement commercial: Montréal investira 13,2 M$

Luc Rabouin, François Limoges et Billy Walsh lors d'une annonce sur le financement des SDC par la Ville de Montréal
Luc Rabouin, François Limoges et Billy Walsh. Photo: Clément Bolano/Métro

C’est sur une Plaza Saint-Hubert fraîchement modernisée que le maire d’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, Luc Rabouin, a annoncé le 17 mars que la Ville de Montréal bonifiait son programme annuel de subventions des sociétés de développement commercial (SDC), qui passe ainsi de 1,7 M$ à 4,4 M$.

«On a plus que doublé le financement» venant de la Ville de Montréal, s’est félicité le responsable du développement économique et commercial, du savoir, de l’innovation et du design au comité exécutif.

Jusqu’ici, les subventions attribuées aux SDC totalisaient 1,7 M$ annuellement. Prévu sur trois ans, l’engagement de l’administration de Valérie Plante s’élève à 13,2 M$.

Un partenariat d’importance

L’objectif de la Ville de Montréal est clair: essayer de soutenir les petits commerces par l’intermédiaire des SDC. «Ce sont nos partenaires stratégiques», a soutenu Luc Rabouin.

Cet apport financier considérable devrait entre autres permettre des activités de recrutement commercial, le développement de l’offre pour attirer les commerçants de même que la participation au paiement des loyers des membres des SDC, qui seront 22 à en bénéficier.

C’est en travaillant de manière étroite que les commerces de rue peuvent tirer leur épingle du jeu face aux géants du commerce en ligne.

Luc Rabouin, responsable du développement économique et commercial, du savoir, de l’innovation et du design au comité exécutif de la Ville de Montréal

«On est excessivement contents», s’est réjoui Billy Walsh, président de l’Association des sociétés de développement commercial de Montréal.

«On a dû réadapter notre façon de refaire, a-t-il ajouté. […] La COVID nous a forcés à travailler davantage en collaboration. De cette crise ont émergé des programmes de piétonnisation et aussi un programme de soutien aux SDC.»

Le nouveau programme de subventions est selon lui «profitable pour la Ville», pour la «qualité de vie des citoyens» et pour la «pérennité des commerçants».

Des rues commerciales «vivantes»

Comme l’a rappelé Billy Walsh, ce nouveau programme de subventions est aussi un coup de pouce aux commerces. Surtout dans une période économique où ils ont été pénalisés par la pandémie.

L’économie locale «tente de reprendre son envol après une période difficile. On veut que nos rues commerciales soient vivantes. On veut que les gens viennent magasiner», a ajouté le maire de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie, François Limoges.

Cette marque de confiance envers les SDC traduit aussi un transfert de compétences qui vise à les rendre plus responsables des transformations des axes de magasinage.

«Cet engagement fort et historique reconnaît le rôle essentiel des SDC pour que nous puissions avoir des rues commerciales vibrantes, indique Luc Rabouin. […] Leur travail a été crucial pendant la crise. Le beau temps arrive et on voit la lumière au bout du tunnel. C’est en travaillant de manière étroite que les commerces de rue peuvent tirer leur épingle du jeu face aux géants du commerce en ligne.»

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet