Montréal

Le virage s'amorce cet été à la STM

Après six ans d’attente, la Société de transport de Mont­réal (STM) dévoile ce matin la carte à puce qui remplacera, d’ici décembre 2009, la carte autobus métro (CAM) magnétique. La transition entre les deux cartes débutera cet été avec les usagers bénéficiant de tarif réduit.

Prévue pour 2004, l’im­plan­tation de la carte à puce commencera dès le mois de juillet. Les boîtes de perception et les guichets automatiques sont déjà en place et seront activés d’ici environ deux mois afin de recevoir un premier groupe, formé d’étu­diants et de personnes âgées,  muni de la carte.

La carte à puce servira non seulement de mode de paiement pour circuler dans le système de transport collectif, mais également de pièce d’identité puisque la photo et les informations personnelles du détenteur pourront être imprimées au dos de la carte.

La STM a choisi de convertir les usagers à tarif réduit en premier parce que ceux-ci doivent posséder une carte d’identité remise par la STM pour bénéficier de ces tarifs.  L’implan­tation devrait  suivre son cours auprès des autres usagers à partir de septembre.

Au terme de la transition, la carte à puce remplacera les cartes mensuelles, hebdomadaires et les lisières de billets. L’argent comptant sera toujours accepté auprès des changeurs et dans les autobus.

Expérience concluante
La carte à puce a fait son apparition dans le système de transport de l’Outaouais en 1998. À la Société de transport de l’Outaouais (STO), qui a été la première au Québec à procéder au changement, l’implantation s’est faite progressivement et sans heurts sur une période de six ans.

«La carte mensuelle a complètement disparu en 2004, a expliqué à Métro Céline Gauthier, responsable des affaires publiques et porte-parole de la STO. Depuis, nous avons développé plusieurs forfaits et applications pour répondre aux besoins  de notre clientèle.»

Une plus grande flexibilité de l’offre de service a permis à la STO d’implanter des abonnements annuels payables par prélèvement bancaire automatique en plus des forfaits mensuels ou hebdomadaires. Un portefeuille électronique, qui permettrait aux usagers d’acheter un certain nombre de passages, est en développement.

À Montréal, on ne prévoit pas offrir de nouveaux forfaits. L’équivalent des cartes mensuelles, hebdomadaires et des lisières de billets pourront être chargés sur la carte à puce. L’implantation de la carte à puce pourrait ouvrir la voie à de nouvelles formes de tarification dès 2010, telle qu’une tarification par zone ou par distance parcourue. La STM n’a  pas retourné nos appels hier.

Articles récents du même sujet