Montréal

L'esthétisme de l'Opus critiqué

L’esthétisme de la carte OPUS lancée par la STM en fait sourciller plus d’un.

Le directeur du Programme de design graphique de l’UQAM, Frédéric Metz, est un de ceux-là. «Le design est catastrophique, ça ressemble à quelque chose de fait rapidement sur ordinateur. On dirait plus une carte de crédit qu’une carte de transport en commun, et il n’y a aucun logo des sociétés qui l’utiliseront», dit-il.

M. Metz juge aussi le choix du nom «ridicule phonétiquement. Ça a des connotations avec la musique ou une marque d’hôtel, mais pas vraiment avec le transport en commun», conclut-il.

Si Odile Paradis, porte-parole de la STM, admet que le design est «minimaliste», elle explique aussi que ça aurait été trop lourd de mettre tous les logos, «d’autant plus que certaines sociétés de transport pourraient s’ajouter à l’avenir».

Pour le nom, La STM a fait son choix parmi près de 1 400 pro­positions de ses employés et clients. Parmi les finalistes, notons Transcité, Transit et Sésame. Le choix d’OPUS s’est imposé, car il se prononce bien en français et en anglais et est facile à mémoriser.

Articles récents du même sujet