Montréal

Encore beaucoup d'abus

Laisser tourner son moteur au ralenti pendant des dizaines d’heures sans être réellement inquiété, c’est encore possible à Montréal. Et ce, même si la Ville a distribué, depuis janvier, plus de 65 constats d’infraction pour non-respect du règlement.

Depuis mardi, aux abords du site du Festival de Jazz, deux autobus de tournée sont stationnés au coin des rues Président-Kennedy et de Bleury. Ils sont immatriculés au Tennessee et au Mississippi. À cinq reprises mardi et hier, un représentant de Métro a constaté que leur moteur n’était jamais arrêté. À tel point que le pot d’échappement de l’un des deux véhicules a noirci le bord du trottoir.

«C’est pour l’air climatisé», explique en anglais l’un des chauffeurs, qui indique ne pas connaître la législation en vigueur ici. Il n’avait pas vu qu’un petit carton informatif avait été glissé contre sa vitre, lui expliquant qu’il ne peut pas laisser tourner son moteur plus de trois minutes si le véhicule est à l’arrêt.

Entre janvier et mai, 65 constats d’infraction ont ainsi été remis à des automobilistes qui avaient enfreint ce règlement. Selon les données fournies par la Ville de Montréal, c’est dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve qu’on a reçu le plus de tickets, soit 13. Rosemont et Le Plateau-Mont-Royal suivent avec neuf contraventions. Les amendes vont de 50 à 200 $.

Depuis février 2007, date à laquelle le règlement est entré en vigueur partout à Montréal, les cols bleus, les policiers et les chauffeurs de la STM ont été sensibilisés. Les quelque 10 000 véhicules de la Ville représentent environ 1 % des véhicules enregistrés à Montréal.

Articles récents du même sujet