Montréal

Montréal devient métropole

Changement de statut pour Montréal: la Ville pourra créer elle-même de nouvelles taxes, mais devra s’entendre avec les villes défusionnées pour gérer plus harmonieusement le conseil d’agglomération.

Les nouvelles règles sont contenues dans deux ententes dévoilées hier entre les 16 villes de l’île de Montréal et le gouvernement. La première concerne exclusivement Montréal qui obtient officiellement le statut de métropole. À ce titre, la Ville pourra fixer de nouvelles taxes ou redevances pour accroître ses revenus. Cela exclut toutefois les biens et services (essence, tabac, alcool, billets de spectacles). L’instauration d’un système de péage pourra donc aller de l’avant.

Le maire aura Ville-Marie

En outre, Montréal recevra 25 M$ par année de Québec pour des projets spécifiques (itinérance…) et pourra, de façon exceptionnelle, récupérer certains pouvoirs détenus par les arrondissements, par exemple le déneigement. Le maire de Montréal détiendra aussi la gouvernance du centre-ville dès les prochaines élections.

La deuxième entente vise à régler la chicane entre Montréal et les 15 villes défusionnées à propos de la gérance du conseil d’agglomération. Si la composition de ce dernier reste la même, un secrétariat de liaison et un comité de vérification seront créés pour améliorer le fonctionnement de cette instance. De plus, les villes défusionnées récupèrent la gestion de leur réseau artériel, et le mode de calcul de leur contribution financière sera revu.

Avant d’être applicables, ces deux ententes devront être adoptées par l’Assem-blée nationale pendant l’étude du projet de loi 22, un processus périlleux dans un contexte de gouvernement minoritaire.

Articles récents du même sujet