Montréal

Premier centre de formation carboneutre au Québec

Le CRIM, un centre de recherche en technologies de l’information veut devenir carboneutre. Il compensera donc les émissions de gaz à effet de serre (GES) de ses clients qui viennent à son centre de formation de Montréal.

Pour calculer une partie de son empreinte écologique, le CRIM a fait appel aux conseils de Planetair, un organisme à vocation environnementale. À la suite d’un sondage, le CRIM a calculé que ses 2 800 élèves parcouraient  43 km par jour en moyenne pour se rendre en voiture au centre de formation du centre-ville.

«C’est l’équivalent de 26,4 tonnes de CO2, expli­que Gisèle LaRue, vice-présidente du centre de formation du CRIM. Si l’on veut compenser ces émissions,  à raison de 38 $ par tonne, nous devons acheter des crédits d’émission à Planetair pour 1 000 $ par an.»

Les fonds versés à cet OSBL serviront par exemple à financer le premier projet de parc éolien à Madagascar. «Cela remplacera les génératrices au diesel, réduira la déforestation en limitant l’utilisation du bois tout en favorisant un prix de l’électricité stable et la création d’emplois locaux», indique Julian Lee, directeur des opérations chez Planetair.

Afin de favoriser l’usage du  transport en commun, le CRIM s’est aussi associé à la STM qui lui vend des billets à tarif préférentiel. Chaque client recevra deux tickets de métro par jour de formation. «La STM veut ainsi fidéliser de nouveaux clients», a déclaré Michel Bourbonnière, gestionnaire corporatif en développement durable à la STM.

Articles récents du même sujet