Montréal

Pédaler, pas juste pour la forme

Pédaler, pas juste pour la forme
Photo: Yves Provencher/Métro

Un cycliste en forme est capable de produire 100 watts de puissance, soit suffisamment pour faire fonctionner un projecteur de cinéma-maison. C’est ce que démontrent les concepteurs de Cinema out of the box, qui contribuent au Défi énergie de l’UQAM, lequel a lieu au pavillon Judith Jasmin jusqu’à jeudi. Décryptage.

De l’énergie à revendre
«L’énergie transmise par le vélo fait tourner un alternateur qui fournit de l’électricité au projecteur. C’est le même principe qu’une éolienne», explique Patrick Dionne, directeur de l’énergie à l’UQAM. Il serait envisageable, dans les pays où l’énergie coûte cher, d’avoir des salles de conditionnement physique où les appareils seraient reliés à des batteries qui alimenteraient le système électrique, selon lui. L’UQAM s’intéresse aux questions d’économie d’énergie, cette dernière entraînant des dépenses de 8M$ annuellement.

Défi santé
Santé Canada recommande aux Canadiens de faire 150 minutes d’exercice modéré par semaine. Comme les 33 000 abonnés de BIXI ont effectué en 2014 des trajets moyens de 14min (3km), cela signifie que prendre BIXI deux fois par jour permet de dépasser les objectifs de Santé Canda. De là à dire que BIXI est un service public et que l’abonnement devrait être déductible d’impôts, il n’y a qu’un pas!

Au pas de danse
Aux Pays-Bas, l’entreprise Sustainable Dance Floor conçoit des dalles de boîtes de nuit qui récupèrent l’énergie produite par les pas des danseurs. Cette énergie est ensuite convertie en électricité capable d’alimenter les néons du plancher. À terme, ce genre de revêtement pourrait équiper des bureaux ou des aéroports et fournir directement de l’électricité, selon l’entreprise.

defi vélo
Des étudiants projettent une animation 3D de l’artiste Assan Aziz en pédalant./Nathalie St-Pierre