Montréal
02:30 23 juin 2015 | mise à jour le: 23 juin 2015 à 02:30 Temps de lecture: 3 minutes

Surfer plus haut que la vague

Surfer plus haut que la vague
Photo: Chantal Lévesque/Métro


Si marcher sur l’eau n’est toujours pas possible pour le commun des mortels, voler l’est. En enfilant le flyboard, une sorte de planche à neige propulsée par de puissants jets d’eau, on se retrouve en lévitation au-dessus du lac Notre-Dame, au parc Jean-Drapeau. Deux journalistes de Métro ont tenté l’expérience.

«Je me suis senti comme un superhéros, quoiqu’essoufflé», a témoigné à brule-pourpoint le journaliste Jeff Yates. Courageux, mais désireux d’épater la galerie par leurs performances aquatiques, nos deux journalistes se sont d’abord fait expliquer les rudiments du flyboard. La clé du succès: une bonne communication avec l’instructeur à bord de sa motomarine, puisque c’est lui qui contrôle l’altitude à laquelle vous volerez au-dessus de l’eau.

Relié à une motomarine par deux tuyaux de 18m, le flyboard reçoit de l’eau insufflée par le conducteur. La pression de l’eau est ensuite redistribuée à la planche et évacuée par jets en direction de la surface du lac. Résultat: propulsé en sens inverse, vous planez. Selon la pression de l’eau, l’engin peut s’élever à une dizaine, voire une vingtaine de pieds d’altitude. Les professionnels atteignent quant à eux jusqu’à 80 pieds de haut.

«Ça s’apprend assez vite! En fait, je l’ai essayé pour la première fois il y a quelques jours à peine», a avoué le directeur général de FlyQuebec, Jean-Michel Picard, qui dit miser sur le côté accessible de ce sport pour s’attirer une clientèle jeune et moins jeune.

En effet, le flyboard ne demande pas une force physique exceptionnelle. Le secret est de rester bien droit, les jambes en extension. Dans cette position un peu solennelle, l’ascension est assurée.

Avis à ceux qui seraient tentés de plier légèrement les genoux afin d’éprouver une impression de meilleur contrôle, chute à la renverse assurée. Vérification faite!

Importé de France, le flyboard était déjà accessible au grand public depuis 2014 sur plusieurs sites à Québec. À Montréal, le parc Jean-Drapeau s’est d’emblée imposé comme emplacement idéal. «C’était le seul lieu envisagé, résume Jean-Michel Picard. L’endroit est accessible en voiture, en vélo et en transport en commun, autant aux gens de Montréal qu’à ceux de la Rive-Sud.»

FlyQuebec propose aussi de survoler les eaux au moyen d’autres engins à l’allure tout aussi futuriste que le flyboard. Parmi ceux-ci, l’hoverboard, dont les créateurs semblent s’être inspirés de la série de films Retour vers le futur.

L’activité nautique, accessible depuis ce week-end aux abords du parc Jean-Drapeau, est offerte au coût de 129,99$ pour 5 minutes d’envol par FlyQuebec. Pour sa première saison, l’entreprise propose toutefois le même forfait à 49,99$. Des vols prolongés sont aussi disponibles à prix plus élevés.

Pour essayer le flyboard, il faut faire une réservation au flyquebec.ca/forfait-parc-jean-drapeau.

Nos deux journalistes ont été invités par FlyQuebec.

Articles similaires