National

Nouvelle-Écosse: des promesses en infrastructures

Nouvelle-Écosse: des promesses en infrastructures
Photo by: Andrew Vaughan/La Presse canadienneNova Scotia Premier Stephen McNeil makes an infrastructure announcement as he campaigns in Halifax on Monday, May 1, 2017. The provincial election will be held Tuesday, May 30. THE CANADIAN PRESS/Andrew Vaughan

HALIFAX — Les libéraux et les progressistes-conservateurs de la Nouvelle-Écosse ont promis tous deux des millions de dollars pour les autoroutes et les routes rurales au premier jour de la campagne électorale, lundi, alors que le Nouveau Parti démocratique (NPD) s’est engagé à investir des millions pour améliorer le système de santé.

Le premier ministre libéral sortant, Stephen McNeil, a annoncé un investissement de 240 millions $ sur quatre ans en infrastructures, alors que le chef conservateur Jamie Baillie s’est engagé à verser 2 milliards $ dans un fonds pour «reconstruire la Nouvelle-Écosse», dont la moitié de l’enveloppe budgétaire proviendrait d’Ottawa.

M. Baillie a précisé qu’un gouvernement conservateur ne causerait pas de déficit pour faire cet investissement dans le fonds, qui serait utilisé pour élargir les «autoroutes les plus dangereuses de la Nouvelle-Écosse», reconstruire un nouvel hôpital Victoria General et amener l’internet à haute vitesse dans les régions rurales.

De son côté, M. McNeil dit vouloir dépenser 50 millions $ par année pour bâtir de nouvelles écoles, et améliorer les routes principales. Dix millions $ supplémentaires serviraient à rehausser la qualité des routes de gravelle — des travaux qui sont requis depuis longtemps, a souligné le chef libéral.

Le premier ministre sortant a aussi réitéré l’engagement du Parti libéral d’investir 390 millions $ pour élargir trois sections des autoroutes de la série 100 et construire un raccordement de quatre voies entre Bedford et Burnside.

Quant au NPD, il a annoncé une promesse d’envergure, s’engageant à investir 120 millions $ sur quatre ans pour bâtir une nouvelle clinique de première ligne et embaucher plus de médecins, d’infirmières et d’infirmières praticiennes.

Le chef néo-démocrate Gary Burrill n’a pas voulu faire de promesse sur la réduction du temps d’attente pour avoir accès à un médecin de famille.

Les Néo-Écossais sont convoqués aux urnes le 30 mai.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *