National
10:41 16 juillet 2020 | mise à jour le: 16 juillet 2020 à 15:58 temps de lecture: 2 minutes

Vaccin: des cyberpirates russes tentent de subtiliser de l’information canadienne

Vaccin: des cyberpirates russes tentent de subtiliser de l’information canadienne
Photo: 123RF Des hackers russes ont tenté de voler de l'information canadienne sur le développement d'un vaccin

Des hackers russes ont récemment attaqué des organisations canadiennes, britanniques et américaines, tentant vraisemblablement d’obtenir de l’information sur le développement d’un vaccin contre la COVID-19.

Selon le Centre canadien pour la cybersécurité, le groupe à l’origine de ces menaces numériques a «presque certainement mené cette cyberactivité pour le compte des services de renseignement de la Russie».

Les cyberpirates auraient tenté leur chance à plusieurs reprises durant l’année 2020.

Surnommée «Dukes» ou «Cozy Bear», l’organisation criminelle russe se serait servi d’un «maliciel personnalisé connu sous les noms « WellMess » et « WellMail », que les auteurs de menace ont utilisé pour cibler bon nombre d’organisations à travers le monde».

Les autorités fédérales de cyberprotection offrent leurs services aux organisations privées et publiques qui planchent actuellement sur l’élaboration d’un vaccin.

«On recommande fortement à ces organismes de […] prendre les mesures nécessaires pour se protéger», écrit le Centre canadien pour la cybersécurité dans un communiqué de presse publié jeudi.

Des développements au Canada

Plusieurs entreprises pharmaceutiques canadiennes oeuvrent présentement sur le développement d’un vaccin contre le coronavirus. Récemment, la société Medicago, basée à Québec, a entrepris ses premiers essais cliniques sur les humains.

Aux États-Unis, le fabricant Moderna amorcera prochainement la troisième et dernière étape de tests auprès de plusieurs milliers de participants. Il s’agit d’un des candidats-vaccins les plus prometteurs sur la Planète.

Les autorités sanitaires russes affirment pour leur part avoir récemment complété la première phase d’essais pour un potentiel remède. Cependant, seuls 18 participants ont reçu une dose du candidat-vaccin.

Ce n’est pas la première fois, d’ailleurs, qu’une attaque de hackers russes touche le Canada. En 2016, l’Agence mondiale antidopage, un organisme basé à Montréal, avait vu ses barrières franchies par des pirates. Ceux-ci provenaient «fort probablement» des équipes de renseignement de Russie, avaient alors annoncé les autorités canadiennes.

Articles similaires