National
06:00 25 janvier 2021 | mise à jour le: 25 janvier 2021 à 16:48 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: un rapport d’Oxfam dévoile des inégalités dans le monde et au Canada

COVID-19: un rapport d’Oxfam dévoile des inégalités dans le monde et au Canada
Photo: Spencer Platt/Getty Images

Pendant que les familles écopent de la COVID-19, les 44 milliardaires du Canada se sont enrichis de 63,5 G$ depuis le début de la crise sanitaire, dévoile le dernier rapport annuel d’Oxfam sur les inégalités.

Malgré la COVID-19, une minorité de personnes continue de s’enrichir. En parallèle, des centaines de millions de personnes sombreront dans la pauvreté partout dans le monde, explique la directrice générale d’Oxfam Québec, Denise Byrnes.

«C’est presque dans tous les pays que la pauvreté va augmenter, c’est du jamais vu», souligne-t-elle.

Le rapport rendu public lundi révèle que la fortune des 10 hommes les plus riches au monde a augmenté de plus de 600 G$ ces neuf derniers mois. Cette somme suffirait pour payer un vaccin contre la COVID-19 à tout le monde sur la planète, en plus d’assurer que personne ne sombre dans la pauvreté.

Des inégalités présentes au Canada

Cet écart des inégalités s’observe au niveau mondial, mais aussi au Canada, explique Denise Byrnes.

En effet, les 44 milliardaires du pays se sont enrichis de 63,5 G$. Cette fortune pourrait payer un chèque de presque 17 000 dollars à chacun des 3,8 millions Canadiens les plus pauvres pour passer à travers la crise.

De plus, une statistique du rapport indique qu’en moyenne, les 100 chefs d’entreprise les mieux payés du Canada gagnent en deux jours le salaire annuel d’une infirmière.

«Une infirmière protège la santé des gens et sauve des vies. Alors que le président-directeur général protège seulement la fortune des plus riches et les profits de leurs actionnaires», fait valoir Mme Byrnes.

Les plus vulnérables écopent

Par ailleurs, les femmes, ainsi que les personnes racisées et marginalisées font les frais de cette crise, autant dans le monde qu’au Québec.

Par exemple, 68% des emplois perdus dans la province depuis mars 2020 étaient occupés par des femmes. «Comment vont-elles faire? demande Denise Byrnes. Elles ont souvent des familles, elles ont des responsabilités.»

De plus, les quartiers qui comptent une proportion importante de personnes immigrantes et racisées, comme Montréal-Nord, ont été plus durement frappés par la crise sanitaire.

«On y retrouve une concentration de personnes qui travaillent dans les services de premières lignes, dans des emplois plus précaires», explique Mme Byrnes.

Selon la directrice générale d’Oxfam Québec, il faut investir dans les personnes qui servent le plus la société.

Taxer la richesse

Plus que jamais, l’urgence de réformer l’économie se fait ressentir, indique Denise Byrnes.

Pour aplanir les inégalités, Oxfam Québec propose de taxer la richesse de façon équitable. L’organisme encourage d’ailleurs les citoyens à signer sa pétition en ligne à ce sujet.

«On sait que les grandes fortunes et les grandes compagnies paient très peu d’impôts en termes de pourcentage. Ça pourrait générer des milliards de dollars pour pouvoir payer une relance différente, plus verte et plus juste», déclare Mme Byrnes.

En outre, la directrice générale explique qu’il est fondamental d’assurer un accès au vaccin pour tous.

Articles similaires