National

Les municipalités doivent mieux protéger les piétons, selon un organisme

piétons
La traverse piétonne de la rue Hutchison et du boulevard Saint-Joseph Photo: Pablo Ortiz/Métro

Alors qu’un piéton âgé de 89 ans a été victime d’une collision avec un véhicule au centre-ville de Montréal, l’organisme de défense des piétons Piétons Québec appelle les municipalités à «rendre les milieux de vie plus sécuritaires pour les piétons».

Selon sa directrice, Sandrine Cabana-Degani, la métropole montréalaise a enregistré 24 piétons décédés en 2019, un chiffre jamais vu dans les 10 dernières années.

Le bilan routier s’améliore d’année en année pour les automobilistes, mais la tendance stagne en ce qui a trait au bilan piétonnier, analyse la directrice de Piétons Québec, Sandrine Cabana-Degani.

Depuis 2013, le Québec enregistre moins de 400 décès par an. Après les occupants d’automobiles, les piétons sont les deuxièmes victimes des décès routiers. 75 piétons décédés en 2017, 70 en 2018 et 69 en 2019, selon le bilan routier 2020 de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ).

C’est pour cette raison que l’organisme milite pour une multitude d’aménagements qui tendent vers la sécurisation des voies piétonnières. «L’urbanisation montréalaise date des années 60/70 avec une grande place pour l’automobile. Toutefois, la sécurisation est en cours.»

«Le premier enjeu, c’est de réussir la cohabitation entre piétons et automobilistes grâce à l’apaisement de la circulation et l’aménagement sécuritaire aux abords des intersections par exemple.»

Sandrine Cabana-Degani, directrice de Piétons Québec

L’année 2020 fait figure d’exception avec 51 décès de piétons. «Cela peut facilement s’expliquer par l’année pandémique que l’on a vécue et le confinement associé.»

La directrice de Piétons Québec précise que les chances de survie lors d’une collision entre un piéton et un véhicule à une vitesse de 50 km/h sont de 25%. À 30 km/h, elles sont de 90%.

Des fiches pour aider les municipalités à agir

La campagne «Tous piétons!» qui s’est déroulée de septembre 2020 à juin 2021 dont l’objectif était la sensibilisation de la population et des décideurs publics aux enjeux de sécurité, a mené au constat que «l’environnement bâti au Québec ne favorise pas des déplacements à pied sécuritaires et confortables.»

«Nous souhaitons faire connaître les meilleures pratiques pour favoriser la sécurité et le confort des piétons dans toutes les municipalités du Québec. Ces 3 fiches présentent des initiatives qui ont fait leurs preuves au Québec et ailleurs dans le monde.»

Katia Lesack, chargée de projet de la campagne «Tous piétons!»

Piétons Québec met en avant trois axes d’amélioration, l’apaisement de la circulation et la gestion de la vitesse, l’adaptation à l’hiver et l’approche vision zéro en sécurité routière.

Pour chaque enjeu, des solutions existent. L’apaisement de la circulation peut se réaliser via des passages piétons surélevés, des dos d’âne, des saillies de trottoirs entre autres.

En ce qui a trait à la «vision zéro» dont l’objectif est de tendre vers le zéro décès de piétons. L’approche est plus globale, il s’agit ici d’atteindre la sécurisation des routes via six stratégies dont l’abaissement de la vitesse véhiculaire ou la conception de routes qui «pardonnent» les erreurs humaines, c’est-à-dire qui sécurisent les déplacements piétons avec ajout de trottoirs systématique là où la vitesse véhiculaire est de plus de 30 km/h.

«Des conceptions de trottoirs qui évitent la “sloche” en hiver ou l’entretien régulier permettent d’utiliser en tout temps les voies piétonnes sécurisées. On évite que les piétons soient obligés de s’aventurer sur la chaussée pour éviter un obstacle.»

Vieillissement de la population et VUS

Les facteurs aggravants de létalité se retrouvent dans le vieillissement de la population et la place accrue des camions légers sur les routes. «La population au Québec est de plus en plus vieillissante, ces personnes ont tendance à être plus piétonnes mais aussi plus vulnérables. Il faut donc agir», précise Sandrine Caban-Degani.

La directrice de Piétons Québec ajoute que deux tiers des piétons décédés en 2019 avaient plus de 65 ans.

Un rapport récent d’Équiterre constatait que la place des véhicules utilitaires sport (VUS) a augmenté sur les routes québécoises et entraîne un enjeu de sécurité. «Augmentation de 280% des ventes de camions légers entre 1990 et 2018», lance l’organisme.

Articles récents du même sujet