Soutenez

Accusé de meurtre prémédité, il était «un bon père»

SOREL – L’homme accusé jeudi de meurtre au premier degré,
relativement à la mort violente de la copine de son fils qui était âgée
de 17 ans, est un bon père, selon sa compagne.

"Il est un bon
père et il aime ses enfants", a affirmé Nancy Gaudreau, la conjointe de
Richard Bérard, à sa sortie du palais de justice de Sorel, au Québec,
alors qu’elle était pourchassée par les journalistes.

La police
provinciale a trouvé le corps de Mélissa Beaudin, mercredi après-midi,
dans une région boisée de la ville de Yamaska, au nord-est de Montréal.

La police a indiqué que le corps montrait des signes d’une "mort violente".

Les
autorités ont affirmé que l’adolescente de Montréal avait été portée
disparue environ douze heures plus tôt, après être partie avec Bérard.
L’homme, âgé de 44 ans, fait également face à des accusations
d’enlèvement.

La police a saisi la voiture du suspect environ 90 minutes après l’alerte de la disparition de l’adolescente.

En
réponse aux questions des journalistes qui voulaient savoir si Bérard
consommait régulièrement des drogues dures, Nancy Gaudreau a répondu
qu’il n’en consommait pas souvent.

M. Bérard s’est présenté au
banc des accusés vêtu d’une combinaison blanche, menottes aux poignets,
avec ce qui semblait être une entaille à son nez.

Lors de sa
brève comparution en cour, il a dirigé son regard en direction de Mme
Gaudreau, qui était assise dans la troisième rangée d’une salle
d’audience pleine à craquer.

Des douzaines de curieux se sont
réunis, à la suite de l’instance, près d’une fourgonnette du service de
police garée derrière le palais de justice, en espérant apercevoir
l’accusé.

Bérard sera de retour en cour le 25 septembre et il pourrait faire face à d’autres accusations.

Une
voisine de Bérard, Nathalie Bussières, a indiqué que l’homme a cinq
enfants, dont trois d’entre eux, âgés de 7, 9, et 13 ans, vivent sous
son toit avec Mme Gaudreau. Bérard a déménagé dans le quartier il y a
un an. Les enfants habitent maintenant avec leur mère, selon Mme
Bussières.

La voisine a d’ailleurs conduit Mme Gaudreau au palais
de justice de Sorel, jeudi matin, et elle a indiqué que cette dernière
avait l’air échevelée.

Ginette, une résidante de Yamaska qui
préférait ne pas révéler son nom de famille, s’est dit surprise de voir
un tel incident survenir près de chez elle.

"J’espère que la
justice fera payer la personne qui a fait cela, a-t-elle affirmé. On
voit des choses comme ça à Montréal, à Québec, on voit des choses comme
ça dans les grandes villes, mais pas dans les petits endroits. C’est
encore plus choquant parce qu’on se connaît tous."

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.