Politique

Élections à Montréal: Balarama Holness loin du but

Le chef de Mouvement Montréal, Balarama Holness. Photo: Josie Desmarais/Métro

Les ambitions du chef de Mouvement Montréal, Balarama Holness, ne se sont pas concrétisées lors des élections municipales à Montréal. Ses prises de paroles n’auront pas convaincu les Montréalais, qui ne lui accordent que 7,3 % des suffrages, un résultat bien loin des attentes formulées en début de campagne.

Balarama Holness, un ancien joueur de football avec les Alouettes de Montréal, formulait l’ambition de pouvoir élire au moins dix candidats au conseil municipal. Finalement, aucun conseiller ne portera la bannière de Mouvement Montréal.

Toutefois, dans son discours post-électoral, Balarama Holness avait un mot à la bouche: «victoire». Il promet par la même occasion que Mouvement Montréal sera là en 2025.

Campagne compliquée

La campagne du chef de Mouvement Montréal a été parsemée de multiples péripéties. Alors qu’il se positionnait en tant que troisième voie, et même définit comme le «candidat de l’avenir face à ceux du passé», il n’aura finalement pas réussi à former une option intéressante face à Valérie Plante et Denis Coderre. Fusion, démissions, bilinguisme: Balarama Holness a multiplié les coups d’éclat, récoltant chaque fois son lot de critiques.

La décision de fusionner avec le parti de Marc-Antoine Desjardins, Ralliement Montréal, aura été une erreur, semble-t-il. Plusieurs candidats se sont désistés à la suite de l’annonce, jusqu’à Marc-Antoine Desjardins lui-même.

M. Holness espérait combiner les intentions de vote récoltées jusqu’alors par les deux partis. Il a finalement moins bien performé que lorsqu’avant la fusion.

Le bilinguisme

Durant sa campagne, il a proposé de laisser les citoyens décider du statut linguistique de la Ville, via une consultation publique. Cette proposition du bilinguisme dans la métropole francophone de l’Amérique du Nord lui a valu une salve de critiques. C’est l’un des enjeux qui a fragilisé l’union entre Mouvement Montréal et Ralliement Montréal.

M. Coderre et Mme Plante ont jugé que cette proposition du bilinguisme à Montréal était «inacceptable».

Quelques jours plus tard, Balarama Holness a subi des menaces à caractère raciste et les a dénoncées publiquement. Il a été soutenu unanimement par toute la classe politique.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet