Politique

Élections: recomptages demandés dans CDN-NDG et RDP-PAT

Une longue file de plus de 200 personnes s'allonge autour d'une école du Plateau-Mont-Royal pour aller voter, soir d'élections fédérales. Photo: Josie Desmarais/Métro

C’est au tour du parti de Denis Coderre, Ensemble Montréal, de demander des recomptages à la suite des élections municipales du 7 novembre, cette fois dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG) et Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles (RDP-PAT).

La demande concerne les mairies des deux arrondissements ainsi que les postes de conseiller municipal dans La Pointe-aux-Prairies (RDP-PAT) et dans Loyola (CDN-NDG). Le parti en a fait l’annonce lundi, date limite pour déposer une demande de recomptage.

«Ensemble Montréal a des motifs raisonnables de croire que des erreurs ont été commises lors du dépouillement de certains bureaux de vote lors des élections municipales dans les arrondissements de CDN-NDG et RDP-PAT», écrit le parti dans un communiqué.

Ensemble Montréal ne fera pas de commentaires additionnels jusqu’à la fin du recomptage, indique le parti.

Irrégularités dénoncées par Projet Montréal

Métro a aussi obtenu des détails supplémentaires sur les demandes de recomptage déposées par Projet Montréal pour la mairie d’Outremont et le poste de conseiller de ville dans Tétreaultville. Le parti dénonce des confusions et des irrégularités survenues dans plusieurs bureaux de vote, remettant en cause certains résultats du 8 novembre.

Par exemple, au bureau de vote situé dans le Collège Stanislas, dans Outremont, le dépouillement s’est arrêté abruptement lorsque l’établissement a fermé ses portes vers 23h, «créant de la confusion dans l’équipe électorale».

Les urnes du bureau de vote ont été transférées au bureau d’arrondissement, où les procédures de dépouillement auraient été complétées en l’absence des représentants des partis.

Extrait de la demande de dépouillement judiciaire dans Outremont

Dans cet arrondissement d’Outremont, le maire sortant, Philipe Tomlison (Projet Montréal), a été devancé par le candidat d’Ensemble Montréal, Laurent Desbois, par 23 votes. Il s’agit d’une différence de 0,26% des voix exprimées.

Projet Montréal constate également que, dans le district Claude-Ryan, le nombre de bulletins rejetés (403) est élevé par rapport aux autres districts de l’arrondissement pour un nombre similaire de votes exprimés. Par exemple, il y a eu 24 bulletins rejetés dans le district électoral de Joseph-Beaubien, 13 dans Robert-Bourassa et 20 dans Jeanne-Sauvé.

Dans le district électoral de Tétreaultville, dans l’arrondissement Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, la différence entre la candidate défaite de Projet Montréal, Suzie Miron, et l’élu d’Ensemble Montréal, Julien Hénault-Ratelle, est de 42 voix. Un total de 277 bulletins ont été rejetés dans ce district.

«Lors du dépouillement dans la nuit du 7 au 8 novembre, entre minuit et 2h am, alors que la demanderesse détenait une avance de 110 votes, le dépouillement d’une seule urne a permis à l’intimé (Julien Hénault-Ratelle) de combler l’écart et d’avoir une avance de 92 votes, ce qui est particulièrement surprenant dans le contexte d’une élection à ce point serrée», expose la demanderesse Suzie Miron.

La Cour du Québec devrait statuer sur ces demandes de nouveau dépouillement mardi matin. À noter que l’assermentation des élus aura lieu à l’hôtel de ville de Montréal jeudi soir.

Recomptage judiciaire dans les villes liées

Sur l’île de Montréal, certains résultats dans les villes liées de Mont-Royal et de Pointe-Claire sont aussi contestés. Les districts 6 et 7 de Ville Mont-Royal sont remis en question, puisque les différences de voix représentent respectivement 24 et 13 bulletins.

Le maire sortant de Pointe-Claire, John Belvedere, défait par 61 voix au profit de Tim Thomas, invoque des motifs raisonnables de croire que des bulletins ait pu être comptabilisés ou rejetés illégalement.

Vos nouvelles 100% locales, recevez-les chaque jour.

Nos infolettres vous suivent partout.

Articles récents du même sujet