Art de vivre
17:22 20 novembre 2013 | mise à jour le: 21 novembre 2013 à 08:49 temps de lecture: 2 minutes

Étirer les traditions à la Sainte-Catherine

Étirer les traditions à la Sainte-Catherine
Photo: Photos : Guzzo, Maison Saint-Gabriel

Depuis l’arrivée de Madeleine Juneau à la tête de la Maison Saint-Gabriel, en 1997, à l’occasion de la fête de la Sainte-Catherine, on y prépare de la tire, cette fameuse friandise à base de sucre et de mélasse, qui est battue et étirée pour former de petits bonbons. L’historienne parle de cette tradition avec le souhait que celle-ci demeure vivante.

Bouton-vert_01Histoire. Une tradition de la Nouvelle-France
«La tradition part de Marguerite Bourgeoys, au XVIIe siècle. Elle n’avait pas tous les ingrédients qu’on a aujourd’hui, mais elle l’a fait avec de la mélasse bouillie, qu’elle étirait. On disait qu’elle attirait les enfants [à l’école] avec la tire. Mais dans les faits, le mot tire vient de “étirer”, parce qu’on étire la tire», raconte la directrice générale de la Maison Saint-Gabriel, Madeleine Juneau. Encore aujourd’hui, dit l’historienne, les sœurs de la congrégation de Notre-Dame de Montréal, fondée par Marguerite Bourgeoys, perpétuent la tradition et, chaque 25 novembre, de la tire se trouve sur leur table. On a associé ce bonbon à la fête de la Sainte-Catherine, célébrée le 25 novembre, en l’honneur des «vieilles filles».

Bouton-vert_02Recette. Peu d’ingrédients, beaucoup de technique
D’abord, il faut cuire les ingrédients – du sucre, de la mélasse, de la cassonade, etc. – Jusqu’à 125 oC. «Une demi-minute de plus et le bonbon est trop cuit», avertit Mme Juneau. Puis, on la refroidit, et on commence à étirer la pâte à deux. Et «lorsqu’elle devient blonde et fait de beaux filets», la friandise est prête à être coupée et dégustée.

Pour la recette de tire de la Congrégation de Notre-Dame

Bouton-vert_03Activité. Une journée pour les petits et… les vieilles filles!
La Sainte-Catherine a été, jusqu’à récemment, une journée très célébrée, «autant que l’Halloween», selon Mme Juneau. On célébrait sainte Catherine, la patronne, des «vieilles filles», c’est-à-dire des femmes célibataires de plus de 25 ans.

Dimanche 24 novembre, la Maison Saint-Gabriel organise une grande fête pour l’occasion. Contes, visites guidées du site et, bien sûr, préparation de la tire, sont au programme de la journée.
2146, place Dublin, à Pointe-Saint-Charles • 514 935-8136

Articles similaires

10:31 13 juillet 2019 | mise à jour le: 13 juillet 2019 à 10:31 temps de lecture: 4 minutes
Un trésor de musée