Vacances

Dix choses à savoir sur La Havane

Dix choses à savoir sur La Havane
Photo: Getty Images

Capitale vivante et dynamique d’un pays dont le système politique et économique est unique en Amérique, voilà La Havane. Si elle partage certains traits avec d’autres métropoles du monde, La Havane vibre et vit à un rythme qui lui est propre, à mi-chemin entre la candeur d’une ville tropicale assoupie et la frénésie d’une ville comme New York. Voici 10 repères pour mieux comprendre la culture de Cuba et apprécier sa magnifique capitale.

Havane-musique
Bouton-vert_01Musique
À l’image de l’histoire du pays, la musique cubaine est le creuset d’influences hispaniques, latines et africaines. La rumba est née ici, dans la communauté afro-cubaine de La Havane. C’est ici aussi que le cha-cha-cha, le danzón, le son et le mambo ont vu le jour, ici encore que la salsa trouve ses racines. Enfin, c’est dans les quartiers de La Havane que le reggaetón explose, pour devenir un phénomène populaire musical sur tout le continent.

Bouton-vert_02Ernest Hemingway
Révolutionnaire dans l’âme, le célèbre écrivain et journaliste américain Ernest Hemingway (1899-1961) a laissé une trace indélébile à La Havane et aux alentours de la ville, où il vécut pendant près de 23 ans. Il découvre l’île en 1932, après s’être embarqué sur un petit yacht au départ de Key West, en Floride. Très apprécié des Cubains qui le surnomment Papa, il est un des rares Américains à rester à Cuba lorsque Fidel Castro prend le pouvoir. Passionné de mer, de pêche à l’espadon et de cocktails en charmante compagnie, l’écrivain trouve ici l’inspiration pour écrire certaines de ses plus belles œuvres, grâce auxquelles il recevra le prix Nobel de littérature en 1954.

Havane
Bouton-vert_03Belles américaines
Si l’on parle autant des vieilles voitures américaines à Cuba, c’est que nulle part ailleurs on ne ressent cette impression de voyager dans l’Amérique des années 1950, lorsqu’au détour d’une rue on croise les Cadillac, Ford Fairlane et autres modèles d’époque.

Bouton-vert_04Santería
Véritable symbole de l’identité cubaine, la santería est la religion majoritaire à La Havane. Proche du vaudou, polythéiste, elle est le fruit du syncrétisme entre cultes animistes locaux, catholicisme et rituels des descendants d’esclaves africains. On l’appelle aussi la règle d’Ocha (Ocha est un mot hérité du peuple yoruba du Bénin, signifiant «dieu et saint»). De nombreux Cubains sont à la fois catholiques et santeros. Tout pratiquant de la santería passe par une période d’initiation d’une année, au cours de laquelle il porte des vêtements blancs et doit respecter une stricte ligne de conduite personnelle.

Bouton-vert_05Baseball
Introduit par les Américains il y a plus d’un siècle, le béisbol est rapidement devenu le sport national cubain, encouragé par Fidel Castro, en dépit du caractère paradoxal d’un tel engouement. Plusieurs médailles olympiques ont déjà couronné les joueurs cubains.

Havane-place de la Révolution
Bouton-vert_06Che Guevara
Celui qu’on a surnommé «le Che» est né en 1928 en Argentine. Il n’est qu’un jeune étudiant en médecine lorsqu’il se lance dans un voyage en motocyclette à travers l’Amérique latine. Il est alors frappé par les conditions de vie des plus pauvres. En 1956, son engagement idéologique l’amène à rencontrer le jeune Fidel Castro, au Mexique, où se prépare un coup d’État contre Batista, le président cubain au pouvoir. Le Che rejoint le commando en qualité de médecin. Après la prise du pouvoir, il restera aux côtés de Castro et occupera les fonctions de ministre de l’Industrie, avant de partir pour le Congo puis la Bolivie, où il est retrouvé assassiné en 1967.

Bouton-vert_07Fidel Castro
Fidel Castro est le père de la Révolution cubaine, qui a débuté en 1959. Il fut le premier secrétaire du Parti communiste, le commandant en chef des Forces armées révolutionnaires, le président du Conseil d’État ainsi que du Conseil des ministres, jusqu’à ce que des soucis de santé l’obligent à céder ses pouvoirs à son frère, Raúl Castro.

Bouton-vert_08José Martí
José Martí (1853-1895) est considéré comme un véritable héros national cubain, une figure aimée de tous, révolutionnaires ou non. Poète reconnu dès l’adolescence, l’homme est aussi philosophe, journaliste, libre penseur, orateur. Il est surtout le créateur du Parti révolutionnaire cubain, qui va mener le pays à son indépendance. Martyr de la lutte, José Martí tombera sous les balles espagnoles lors de la bataille de Dos Ríos.

Bouton-vert_09 Système D
Depuis l’embargo américain en 1961 et la mise en place du socialisme d’État, les Cubains ont appris l’art de la débrouille, avec ses bons et ses mauvais côtés. Côté pile, Cuba est un vivier de créativité, où chacun possède de multiples savoir-faire (mécanique, électricité…). Côté face, la pénurie des biens de première nécessité (viande, œufs, savon…) et le faible salaire mensuel (environ 20 $US) ont engendré un important marché noir et d’innombrables combines afin de détourner les biens des entreprises d’État.

Havane-cigares
Bouton-vert_10Cigares
Le cigare habano, aussi appelé puro, est souvent considéré comme le meilleur au monde. Il est confectionné sur place, à partir de tabac local. On distingue l’intérieur du cigare (la tripe) de l’extérieur (la cape). La composition et le dosage des feuilles de tabac sont un secret bien gardé connu seulement d’une toute petite poignée de personnes à Cuba.

Book Cuba
Ce texte est tiré du guide Escale à La Havane d’Ulysse.