Culture

Tournage de Noémie: Au pays de l'enfance

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Après avoir visité le pays de l’adolescence avec le film À vos marques, party!, le cinéaste Frédérik D’Amours visite la contrée de l’enfance avec Noémie, un long métrage dont le tournage se terminera jeudi. Il s’était amorcé amorcé le 2 juillet.

Métro s’est rendu sur le plateau du film, qui met en vedette pour la première fois au grand écran la jeune Camille Felton.

À sept ans et trois quarts, Noémie (Camille Felton) est une petite fille curieuse qui vit avec ses parents (Marina Orsini et Paul Doucet) débordés par le travail. Elle passe donc beaucoup de temps chez sa voisine, Mme Lumbago (Rita Lafontaine), qui a plein de temps à lui accorder. C’est bientôt le premier anniversaire du décès de M. Lumbago (Raymond Bouchard) et l’évocation du vieil homme rappelle à Noémie une histoire que ce dernier aimait bien lui raconter : celle du trésor caché dans l’appartement. S’ensuivra alors une chasse au trésor pleine de péripéties avec son ami Francis (Nicolas Laliberté).

Le personnage de Noémie a été inventé par Gilles Tibo, dont les 17 romans mettant en vedette l’univers de l’espiègle petite fille ont un franc succès auprès des jeunes lecteurs. Scénarisé par Marc Robitaille (Un été sans point ni coup sûr), le film donne vie à Noémie sous les traits de Camille Felton qui, selon toute l’équipe du film, est une enfant admirable et une excellente comédienne.

«Elle me surprend tous les jours, explique Louise Laparé, qui agit à titre de mentor pour les jeunes acteurs. Elle a fait preuve d’une grande vitesse d’adaptation. Je vous le dis : c’est une comédienne!»

Même son de cloche pour Frédérik D’Amours, qui a l’habitude de tourner avec des enfants, ayant fait plusieurs publicités.

«Camille est totalement allumée, souligne-t-il. Elle pose des questions, elle fait des réflexions. Le film repose sur ses épaules parce que sur les 127 scènes du film, elle est présente sur 118.»

Pour la principale intéressée, âgée de huit ans, la frénésie du plateau de tournage ne semble pas impressionnante du tout.  «C’est trippant, c’est comme un jeu. C’est comme si t’étais à la maternelle, décrit Camille Felton avec un aplomb surprenant.

Tournage rapide
Noémie bénéficie d’un budget de 3,6 M$ et compte 28 jours de production. Des journées comptées pour le réalisateur Frédérik D’Amours, d’autant plus que la pluie abondante à chamboulé les horaires.

«Tourner avec des enfants,  c’est plus long et plus exigeant, mais je suis choyé avec le casting que j’ai, affirme le cinéaste. Aux États-Unis, avec un film comme Noémie, on aurait eu 40 jours de tournage…»

Au final, les actrices Rita Lafontaine et Marina Orsini ont été charmées par le scénario et la joyeuse Noémie, tout comme le réalisateur, qui ne dirait pas non à poursuivre l’aventure. «Tout le monde a adoré les personnages, dit-il. Ce sont de beaux rôles à développer.»

Mais avant de parler de suite, ce nouveau film dans le monde québécois du cinéma jeunesse prendra l’affiche à Noël 2009.

Articles récents du même sujet