Culture

100 ans de hockey à honorer

Geneviève Vézina-Montplaisir, Métro

Le Club de hockey Canadien fêtera son premier siècle d’existence le 4 décembre 2009. Cette date particulière sera aussi celle de la sortie sur les écrans québécois du film Pour toujours, les Canadiens! Les détails entourant l’Å“uvre québécoise ont été dévoilés hier lors d’une conférence de presse.

Le tournage du long métrage réalisé par Sylvain Archambault et scénarisé par Jacques Savoie (le duo derrière la série Les Lavigueur, la vraie histoire) a débuté lundi à l’hôpital Sainte-Justine, mais c’est hier qu’on a appris quels acteurs allaient participer à la production, qui revisitera les moments marquants du Tricolore.

Céline Bonnier, Jean Lapointe, Denis Bernard, Dhanaé Audet-Beaulieu, Stéphane Jacques, Antoine L’Écuyer, Claude Legault et Réal Bossé feront partie de l’alignement. Jean Béliveau, Guy Carbonneau et les joueurs de l’édition actuelle du Cana­­dien, dont Carey Price, Chris Higgins, Mike Komisarek, Francis Bouillon et Saku Koivu.

Une histoire d’hiver

L’action du film se déroule en 2008, alors que William (Dhanaé Audet-Beaulieu), 17 ans, joueur étoile de l’équipe de hockey du Collège Français vit une période difficile avant Noël. Son entraîneur (Claude Legault) lui reproche son manque d’esprit d’équipe, son père (Stéphane Jacques) est très occupé à terminer un documentaire sur le centenaire du Canadien et sa mère (Céline Bonnier), infirmière à Sainte-Justine, est touchée par le sort d’un de ses patients. Les destins du petit Daniel – en attente d’une greffe de rein – et de William se croiseront donc grâce à leur passion commune pour le hockey.

Pour l’amour du hockey

Pour mettre en images des scènes de hockey crédibles, le réalisateur Sylvain Archambault s’est entouré de consultants et d’anciens joueurs de la Sainte-Flanelle, dont Guy Lafleur, Réjean Houle, et Yvan Cournoyer. Rien n’a été laissé au hasard pour ce film, qui utilisera entre autres des images archives.

«Les attentes sont élevées, mais on est contents de s’attaquer à ce montre sacré, dit le cinéaste. Nous avons accès à toutes les archives de la Ligue nationale de hockey, qui a été mobilisée pour le film. On va même avoir une vraie coupe Stanley!»

«J’ai moi-même joué au hockey, et mon héros a toujours été Jean Béliveau, confie de son côté le scénariste Jacques Savoie. J’ai été très content de lui écrire des répliques dans le film.»

Le principal intéressé, qui a été le capitaine du bleu-blanc-r ouge pendant 10 ans, et qui a gagné autant de coupes Stanley, n’a pas hésité à participer au tournage de l’Å“uvre.

«J’ai passé ma vie avec le Canadien et j’ai été honoré qu’on m’offre, à 77 ans, l’occasion de commencer une nouvelle carrière, rigole Jean Béliveau. Comme le personnage de William dans le film, j’ai eu 17 ans et j’aspirais à percer.»

L’interprète du jeune sportif en question, Dhanaé Audet-Beaulieu, 22 ans, voit ce premier grand rôle au cinéma comme la conju­­gaison de ses deux passions : le jeu et le hockey.

De son côté, Céline Bonnier trouve important qu’un tel film soit tourné, entre autres pour reconnaître le lien particulier qui lie les fans du CH à l’équipe.

«La popularité du Canadien a renforcé l’esprit de communauté au Québec. On s’est forgé une identité grâce à lui», observe-t-elle, notant au passage les émeutes du Forum survenues en 1955.

Articles récents du même sujet