Culture
10:20 3 avril 2020 | mise à jour le: 3 avril 2020 à 10:20 temps de lecture: 5 minutes

7e Ciel: on craque pour «Un phare dans la nuit», de la lecture, du cinéma…

7e Ciel: on craque pour «Un phare dans la nuit», de la lecture, du cinéma…
Photo: Collaboration spécialeMarc Labrèche propose «Un phare dans la nuit» sur Radio-Canada

Les journalistes de Métro vous présentent leurs sept coups de cœur culturels de la semaine, dont Un phare dans la nuit, Non orthodoxe et Persona.

Un phare dans la nuit

Si les occasions de se rencontrer disparaissent, le besoin d’être ensemble ne diminue pas, bien au contraire. C’est pour répondre à cette nécessité que Marc Labrèche et son équipe ont lancé en catastrophe un nouveau rendez-vous quotidien sur les ondes de Radio-Canada, Un phare dans la nuit. Qu’il s’interroge sur les conséquences inattendues du coronavirus («Que font les échangistes pendant la crise?») ou qu’il tente de tromper l’ennui en apprenant l’accordéon à distance, le comédien répand un peu de bonheur et beaucoup de rires dans nos soirées. Et il le fait avec une convivialité, une empathie et un désir de rassembler qui font chaud au cœur.
Benoit Valois-Nadeau

Non orthodoxe

Cette mini-série présente le parcours d’Esther, une jeune juive orthodoxe qui décide de fuir la vie ultra religieuse que lui dicte sa communauté depuis qu’elle est née, dans le quartier de Williamsburg, en banlieue de New York. Réfugiée à Berlin, elle découvre des plaisirs aussi simples qu’insolites quand on ne les a jamais expérimentés: sortir en boîte de nuit, porter des jeans, jouer du piano et rencontrer des amis de tous horizons. Mais le poids des traditions et la pression de sa famille ne lui laisseront pas jouir de sa nouvelle liberté très longtemps…
Disponible sur Netflix
Chloé Machillot

Persona

Le confinement donne aux cinéphiles l’occasion de revisiter les classiques du 7e art. Réalisé par Ingmar Bergman en 1966, Persona est tout simplement génial. Et ce, dès le générique de début qui électrise littéralement le film. Une jeune infirmière doit s’occuper d’Elisabeth, une comédienne qui a soudainement cessé de parler. Devant le mutisme de celle-ci, Alma se laisse aller aux confessions intimes. Sans qu’on s’en aperçoive, la confusion s’installe. Un film-écrin pour Bibi Andersson et Liv Ullmann, sublimées par une cinématographie en noir et blanc impeccable.
Disponible sur Kanopy et The Criterion Channel
Amélie Revert

Cercles de feu

Envie de grands espaces? On vous conseille de vous immerger dans Cercles de feu, qui se déroule dans les immensités de la forêt boréale canadienne. Le premier roman du poète Thierry Dimanche suit trois aventuriers à la recherche d’un trésor bien particulier: la morille de feu, qui ne pousse que dans contrées ravagées par par des incendies. Jamais la mycologie n’aura été aussi excitante que dans ce récit aux accents tragiques, où se croise cupidité, humour et champignons magiques.
Aux éditions du Quartanier
Benoit Valois-Vadeau

Il préférait les brûler

L’an dernier, la chroniqueuse et animatrice Rose-Aimée Automne T. Morin publiait l’essai Ton absence m’appartient, dans lequel elle abordait des pans de son enfance pas comme les autres auprès de son père gravement malade, avec qui elle a vécu comme si chaque jour était le dernier… pendant 16 ans. Dans ce premier roman, elle couche ses tripes sur papier pour raconter en profondeur, d’une plume merveilleusement incarnée, cette relation extraordinaire et tordue avec ce père à la fois formidable et monstrueux.
Aux éditions Stanké
Marie-Lise Rousseau

Le dossier «Immersions» dans Nouveau projet

Le magazine Nouveau projet a eu la chouette idée de demander à quatre artistes de plonger tête première dans un univers qui leur était jusqu’alors inconnu. Alexandre Dostie, Annie St-Pierre, Jean-Philippe Baril Guérard et Ouanessa Younsi sont ainsi sortis de leur zone de confort le temps d’explorer des réalités variées: les courses de chevaux, les ateliers de croissance personnelle, les soirées d’humour et la maternité. Le résultat de leurs expériences se décline en quatre récits franchement captivants, comme quatre fenêtres ouvertes sur d’autres mondes. Rien de mieux pour développer l’empathie et faire tomber quelques préjugés.
En kiosque
Marie-Lise Rousseau

Are You in Love?

Êtes-vous en amour? On l’est certainement avec le cinquième album de la Montréalaise d’adoption Basia Bulat! En plus, Are You in Love? arrive à point nommé. La musique pop-folk romantique aux arrangements riches et, surtout, la magnifique voix déchirante de la chanteuse fait du bien à l’âme, allège nos cœurs lourds et laisse espérer des lendemains ensoleillés. Rien de moins. Comme le dit si bien le spectaculaire dernier titre de l’album: «Love is at the end of the world». Bref, avec Basia Bulat, on peut se permettre de croire que ça va bien aller.
Marie-Lise Rousseau


Et on se désole pour…

Les festivals

Sans grande surprise, on a appris cette semaine l’annulation du Pouzzafest, du Dr. Mobilo Aquafest et du festival Metro Metro, trois événements prévus en mai. Plus le temps passe et plus on craint pour les grands ténors de l’été montréalais : Francofolies, Festival de jazz et Juste pour rire. Tadoussac et Petite-Vallée sont aussi en péril. Faut-il commencer à imaginer un été sans festivals? On espère pour le mieux, mais cette possibilité est plus probable chaque jour.
Benoit Valois-Nadeau

Articles similaires