Culture
12:05 30 novembre 2020 | mise à jour le: 30 novembre 2020 à 12:59 temps de lecture: 3 minutes

Dans la tourmente, l’ALQ s’excuse et publie la liste de François Legault

Dans la tourmente, l’ALQ s’excuse et publie la liste de François Legault
Photo: Josie Desmarais/MétroLe premier ministre François Legault

L’Association des libraires du Québec (ALQ) a finalement présenté ses excuses et publié la liste des coups de coeur littéraires de François Legault. La polémique enflait depuis quelques jours, alors que le premier ministre suggérait L’empire du politiquement correct de Mathieu Bock-Côté.

Mercredi 25 novembre, le François Legault faisait ainsi part de ses recommandations de lecture dans une vidéo Facebook commanditée par l’ALQ pour sa série Lire en choeur. Parmi elles, les ouvrages de Denise Bombardier ou encore Michel Jean, mais surtout celui Mathieu Bock-Côté. «Je ne suis pas toujours d’accord avec Mathieu, mais c’est un grand intellectuel qui écrit dans les grandes revues françaises. […] C’est l’incarnation du débat qu’on vit actuellement au Québec où on a d’un côté les « diversitaires » […] et les nationalistes […]», y affirme notamment le premier ministre, à qui il est reproché de ne pas reconnaître le racisme systémique.

Face aux critiques, l’ALQ décidait de supprimer de ses réseaux sociaux la liste des suggestions de François Legault, tout en conservant ladite vidéo. Celle-ci demeurait toutefois accompagnée d’un avertissement – «les opinions exprimées par le participant n’engagent que lui» – avant que celui-ci ne soit à son tour retiré.

Loin d’éteindre l’incendie, ces suppressions ont, à l’inverse, créé une controverse.

Lundi en milieu de journée, l’ALQ a fini par céder à la pression. Dans un communiqué, Katherine Fafard, directrice générale s’est défendue: «Voyant le flot de commentaires déferler la semaine dernière, j’ai pris la décision trop rapidement de retirer certaines publications sur les réseaux sociaux de l’Association. Je réalise aujourd’hui qu’il s’agissait d’une erreur et je m’en excuse. Mon intention n’a jamais été de heurter qui que ce soit ni de censurer quoi que ce soit, car cela va à l’encontre des valeurs fondamentales de l’Association et de notre engagement envers la liberté d’expression. De plus, nous sommes privilégiés que notre premier ministre soit un grand lecteur et qu’il s’exprime publiquement sur l’importance de la lecture. Nous souhaitons l’en remercier et nous excuser pour cette malheureuse situation.»

Censure dénoncée

Lundi matin, Radio-Canada révélait que le cabinet de François Legault s’opposait «à la modification ou la suppression de la vidéo». «Nous sommes déçus de voir que les suggestions de lecture du premier ministre ont été retirées des réseaux sociaux de l’Association. Fort heureusement, la vidéo où le premier ministre expose et parle de ses choix littéraires est toujours en ligne… La lecture est un bien collectif, un refuge, qui doit demeurer intact», peut-on lire dans l’article.

Dimanche après-midi, Mathieu Bock-Côté dénonçait quant à lui sur Facebook «une décision absolument lunaire de l’Association des libraires, qui décide de censurer les suggestions de lecture du premier ministre François Legault, parce qu’elle n’aime pas son propos sur le racisme systémique et ses recommandations de livres».

«Si on avait retiré la vidéo, ça aurait été de la censure», avait rétorqué Katherine Fafard à l’agence QMI. «Il y a eu beaucoup de commentaires de gens, notamment du milieu littéraire, qui nous reprochaient d’avoir donné une tribune à M. Legault ou qui critiquaient sa liste de livres», avait-t-elle précisé.

Articles similaires