Culture

«C’est comme ça que je t’aime»: aussi l’fun qu’une glissade en Slip’n Slide

Marilyn Castonguay et François Létourneau dans «C'est comme ça que je t'aime» Photo: Radio-Canada

Allez porter les enfants au camp, enfilez vos chemises en rayonne et sortez la crème de menthe, l’embargo est levé! Deux ans après la première saison du phénomène télévisuel C’est comme ça que je t’aime, les Delisle-Paquette et leurs acolytes sont de retour. Et c’est aussi l’fun qu’une glissade en Slip’n Slide.

«J’ai des beaux projets et j’ai beaucoup de violence en moi», lance la nouvelle caïd de Sainte-Foy, Huguette Delisle, dès le premier épisode de la saison 2.

Après s’être hissé à la tête d’une organisation criminelle à l’été 1974, non sans avoir fait couler quelques – hum, plusieurs – litres de sang, le clan semble plus fébrile que jamais à l’idée de reprendre ses activités illicites.

La nouvelle saison démarre comme la première: les couples formés de Gaétan et Huguette Delisle (François Létourneau et Marilyn Castonguay) et de Serge et Micheline Paquette (Patrice Robitaille et Karine Gonthier-Hyndman) amènent leurs enfants au camp de vacances.

Le quatuor du tonnerre a trois semaines devant lui pour élargir son empire avec la complicité de ses fidèles allié.e.s: la lesbienne maoïste Marie-Josée (Sophie Desmarais), le vendeur de lingerie Lucien (Jean-François Provençal) et les inoubliables Coco (Mani Soleymanlou) et Puff (Mathieu Gosselin).

Leurs magouilles les mèneront à rivaliser avec la mafia montréalaise et à faire la connaissance de nouveaux personnages, interprétés notamment par Steve Laplante, Charlotte Le Bon, Pierre-François Legendre et Émilie Bibeau. Ça promet!

François Létourneau et Marilyn Castonguay

«La saison 2 va dans des zones un peu plus grinçantes, parfois tragiques, mais elle est tout aussi drôle que la première. Je la trouve plus complexe et mieux ficelée», se réjouit François Létourneau, scénariste et interprète de Gaétan.

Si on se fie aux deux premiers épisodes qu’on a pu voir en primeur, il y aura beaucoup de fusils, beaucoup de cocaïne, beaucoup de bouclettes (gracieuseté de la permanente de Serge!), mais surtout beaucoup de tensions au sein des couples.

«La vraie menace ne va pas venir de Montréal, elle va venir de l’intérieur. Ça va être assez dévastateur», prévient l’auteur, se gardant bien de révéler les détails de l’intrigue.

Place aux femmes

La suite de C’est comme ça que je t’aime se déroule en pleine Année internationale de la femme, ce qui orientera les actions des protagonistes. Le créateur de la série nous met en garde: les hommes vont soutenir les revendications féministes de leurs conjointes, mais jusqu’à un certain point.

Une grande partie de l’effet comique de la série repose d’ailleurs sur cette confrontation des mœurs. «Serge et Gaétan sont des hommes de leur époque», mentionne François Létourneau, qui dit s’être beaucoup inspiré de son père pour créer ces personnages.

«Physiquement, j’ai la même moustache et je porte la même petite chaîne que mon père avait à l’époque. Mais il n’était pas niaiseux comme Gaétan!» nous rassure-t-il.

Avec ses responsabilités de caïd, Huguette n’a plus le temps de s’occuper des tâches domestiques. Gaétan tentera de compenser, non sans difficulté. «T’sais Gaétan, à la maison, ça marche pas ben ben!» lance Marilyn Castonguay en riant.

Pour Karine Gonthier-Hyndman, le féminisme s’incarne dans toutes les facettes de la série. Elle cite en exemple le fait que les personnages masculins souhaitent eux aussi se libérer des carcans de leur époque.  

«Tout est déconstruit. L’Année internationale de la femme, finalement, c’est un prétexte pour avoir plus de liberté, déroger aux règlements et être délinquant», dit-elle.

Des rôles en or

Les interprètes sont unanimes: c’est un réel privilège et une grande fierté de jouer dans cette série d’envergure devenue instantanément culte dès sa diffusion en 2020.

Marilyn Castonguay s’est drôlement attachée à Huguette, personnage qui a particulièrement marqué l’imaginaire grâce à son œil du tigre et sa complexité émotionnelle.

«Beaucoup de femmes m’ont dit qu’Huguette leur faisait du bien, comme si elles vivaient à travers elle. Ça fait du bien de voir quelqu’un s’émanciper, tenir tête, prendre sa place. Elle est devenue très importante pour moi.»

«C’est vraiment une œuvre qui sort du lot», soutient Patrice Robitaille, dont l’attachement au projet est particulièrement fort puisqu’il est écrit par son meilleur ami, François Létourneau.

«Comme acteur, quand tu as la chance de jouer dans un show de même, et à plus forte raison d’avoir une grosse partition, tu dis merci à la vie.»

Karine Gonthier-Hyndman adore jouer Micheline, personnage qui a un penchant pour le volet festif de la criminalité. «Elle est déroutante, elle a autant de volonté à être une bonne qu’à devenir une bonne vendeuse de coke. J’aime ses paradoxes.»

Un succès exceptionnel

Fait rare au Québec: C’est comme ça que je t’aime réussit à rejoindre les milléniaux, un public convoité qui se désintéresse de plus en plus des productions locales au profit des séries anglophones.

Quel est son secret? François Létourneau constate que ses projets, tant à la télé qu’au théâtre, ont toujours résonné chez un jeune public. «Il y a quelque chose dans mon écriture qui leur plaît, un côté irrévérencieux, une absurdité… Ce sont des codes qu’ils comprennent très bien.»

Selon Marilyn Castonguay, le ton décalé de la série explique sa réussite. «On n’est pas dans le politically correct. Ce n’est pas propre. On est dans l’interdit et on aborde des thèmes qu’on n’a jamais vus.»

Au-delà du caractère singulier de la série, Karine Gonthier-Hyndman rappelle que C’est comme ça que je t’aime dispose d’un budget exceptionnel en télé québécoise. «Il y a des décors, des costumes, des effets spéciaux, des meurtres, beaucoup d’action… Si on avait plus de moyens en général, on aurait la capacité de sortir davantage des lieux communs», croit-elle.

Heureusement, on assiste à un vent de changement dans le milieu télévisuel, se réjouit François Létourneau, qui cite en exemple les projets très attendus de Xavier Dolan (La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé) et de Philippe Falardeau (Le temps des framboises).


À propos de leurs personnages

Les gens me disent que Gaétan est vraiment gossant, mais moi, je l’aime. Dans la saison 2, il est très amoureux d’Huguette et il veut la soutenir dans son besoin d’émancipation. Il va trouver ça difficile, parce qu’il devra devenir homme au foyer.

François Létourneau

Huguette a des questionnements, elle veut le bien dans le mal. Elle vit un post-partum en plus d’être préoccupée par ses responsabilités de caïd. La trahison va être une corde extrêmement sensible pour elle tout au long de la saison 2.

Marilyn Castonguay

La courbe narrative de Micheline est contraire à celle de la saison 1. Elle part en force, très enflammée et grisée par leurs exploits criminels de l’année dernière, mais elle va vite retomber.

Karine Gonthier-Hyndman

Serge est un peu comme un lion en cage. Il a besoin de changement; la permanente s’inscrit là-dedans! Il aime le nouveau pouvoir que la criminalité et l’argent leur procurent. Il aimerait que le retour de ces activités le rapproche de sa femme.

Patrice Robitaille

Les six premiers épisodes de la saison 2 de C’est comme ça que je t’aime seront offerts sur Tou.Tv Extra le 3 mars. Les quatre suivants y seront déposés le 10 mars.

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet