Soutenez

Christine Morency: explosive et authentique

Photo: gracieuseté

On se serait réellement cru au spectacle d’une pop star lorsque Christine Morency a fait son entrée sur scène, mardi soir. Elle était de passage à Québec pour la première de Grâce, son premier spectacle solo, devant le public survolté de la Salle Albert-Rousseau.

«Tabarnak, chus-tu Céline?», s’est-elle exclamée pour souligner l’ovation monstre d’un public déjà conquis, qui n’a pas dérougi de toute la soirée. Après son entrée fracassante, Christine Morency a commencé par mettre en garde ceux qui ne connaissent pas son style d’humour.

«Dans la vie, je suis comme la cousine pas barrée dans les partys de famille qui te fait dire “coudonc, c’est beaucoup trop d’informations ça”», prévient-elle avec justesse. Le tabou, c’est un jeu de société et non un interdit pour l’humoriste qui s’est révélée au grand public dans les dernières années.

Pendant les 75 minutes suivantes, elle raconte donc une panoplie d’anecdotes sorties tout droit de son quotidien très peu ordinaire. Il est entre autres question de son amour pour les rabais et les gratuités, de son côté compétitif et de sa vie sexuelle.

Des aventures rocambolesques, Christine Morency en vit visiblement beaucoup plus que le commun des mortels. Le segment sur sa visite de l’autre côté de la frontière américaine a fait rire aux éclats toute la salle et aura certainement instruit l’assistance sur quoi faire et ne pas faire durant son passage aux douanes.

Ses mésaventures aquatiques aux glissades d’eau et sur un pédalo, livrées avec une efficacité désarmante et une énergie débordante, ont tout pour dérider même les plus endurcis. Les histoires qu’elle raconte sont parfaitement construites pour générer autant de rires que possible et on sent l’énorme travail de création derrière ce premier spectacle.

Bouffée d’air frais

L’humoriste s’essaie aussi à la critique sociale avec Grâce. Même si elle est plus vulgaire par moment, sa sensibilité à différentes causes est toujours en filigrane de ses propos. Elle traite aussi plus directement de sujets chauds comme les inconduites sexuelles et la grossophobie avec une tournure rafraîchissante.

Contre toute attente, elle affirme qu’elle rêve d’être victime d’un acte sexuel déplacé. Après coup, elle explique que la plupart des femmes sont confrontées à ce type d’évènement un jour ou l’autre dans leur vie et qu’un homme sur six fera subir une inconduite sexuelle. «Pourquoi est-ce que je suis capable de faire comprendre non à un chien saucisse, mais pas à numéro six?», fait-elle valoir.

Forte et fière

Chose certaine, Christine Morency assume pleinement qui elle est. Avec Grâce, elle se dévoile sous toutes ses coutures dans une performance authentique. Le contexte de cette première représentation était d’autant plus difficile, puisqu’elle a perdu sa meilleure amie dans les dernières semaines.

L’émotion était visible sur le visage de l’humoriste après qu’elle eut reçu un tonnerre d’applaudissements en fin de spectacle. «Je suis tellement heureuse d’être ici, je vis mon rêve et je suis extrêmement contente d’avoir pu vivre cette soirée dans une ville où je me sens comme chez moi, souligne-t-elle. Vous m’avez traitée comme une reine ce soir et j’en suis extrêmement reconnaissante.»

Commentaire de l’amie rieuse

Christine Morency offre une performance très solide du début à la fin. Dans tout ce qu’elle fait sur scène, on sent une grande authenticité. C’est impossible de ne pas sortir de son spectacle avec le sourire aux lèvres.

Charlotte Lefebvre

Christine Morency sera de retour les 16 et 17 mars et le 20 avril 2023 à la Salle Albert-Rousseau.

Une infolettre l’fun? Abonnez-vous à celle du Week-end pour voir!

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.