Culture
21:13 8 juillet 2015 | mise à jour le: 8 juillet 2015 à 23:47 Temps de lecture: 3 minutes

Le Vieux-Montréal au rythme des percussions

Le Vieux-Montréal au rythme des percussions
Photo: Andréanne Gauthier/collaboration spéciale

Le Festival international de percussions bat son plein jusqu’à dimanche. Spectacles, classes de maîtres, expositions et activités familiales sont au menu de cette 14e édition, qui a déménagé ses pénates dans le Vieux-Montréal. Métro s’est entretenu avec Mélissa Lavergne, ambassadrice du festival.

Un festival établi
Mélissa Lavergne s’implique comme porte-parole et ambassadrice du Festival international de percussions depuis cinq ans, en plus d’y avoir participé à plusieurs reprises auparavant. La musicienne, qui coanimera l’émission Belle et Bum avec Normand Brathwaite à l’automne, croit que le festival «a vraiment trouvé son identité artistique». Si bien qu’à part le changement de lieu cette année (l’événement migre de Longueuil vers le Vieux-Montréal), la formule du festival reste la même.

«Si j’ai un conseil à donner aux gens, c’est de venir samedi soir. En plus, on aura les feux d’artifice comme toile de fond. Ce sont des percussions! Ça devrait bien se marier.»

La France à l’honneur
Cette année, la France est à l’avant-plan du festival. «Je ne comprenais pas tellement le lien entre la France et les percussions, raconte Mélissa Lavergne, mais il y a tous les départements d’outremer.» Le public peut donc y explorer les rythmes des îles de la Réunion, de la Martinique et de la Guadeloupe, qui sont liés à la thématique. En outre, la musicienne a fait des découvertes en explorant les percussions du Pays basque et de la Corse. «C’est très simple, c’est un gros tambour, ça peut ressembler à la grosse caisse d’une batterie. Mais ce qui m’intrigue davantage que l’instrument en tant que tel, c’est la façon de l’utiliser. Souvent, on entend un mélange percussions-voix, comme dans les musiques du monde.»

À faire dans les prochains jours
Le site du quai Jacques-Cartier ouvre jeudi. Des expositions, des animations et d’autres activités pour la famille s’y tiendront dès 11h tous les jours, jusqu’à dimanche.

Demain, Mélissa Lavergne donne une «classe de maître» avec son invitée spéciale Natascha Rogers, dans laquelle elles exploreront avec le public les rythmes africains et latins. Les curieux sont invités à se présenter avec leur instrument. Et s’ils n’en ont pas, «amenez-vous une casserole avec une cuillère en bois ou une chaudière, et on va s’arranger pour vous faire jouer», annonce l’ambassadrice avec enthousiasme.

Samedi, après le Grand Défilé carnavalesque, le grand spectacle en soirée réunira les têtes d’affiche du festival, accompagnées de Mélissa Lavergne et de son house band, dans un spectacle conçu par la musicienne. Elle promet au public de le «faire voyager en France et dans tous les territoires français».

Dimanche, le spectacle de clôture est assuré par Le Condor. «Ils jouent des instruments traditionnels basques. C’est un groupe à découvrir, très festif. C’est sûr que ça va faire danser toute la famille», assure Mme Lavergne.

Festival international de percussions
Jusqu’à dimanche
Marché Bonsecours et quai Jacques-Cartier

Articles similaires