Culture

Metro, la publicité de trop

Photo: Capture d'écran

Si vous avez écouté Les Chefs au cours des dernières saisons, entre autres, vous êtes très (trop) familiers avec les publicités chantées de l’épicier Metro. Un «jingle» très accaparant. Avec sa nouvelle version rap, que j’ai vu quelques fois déjà cette semaine, Metro vient de produire, à mon avis, la publicité de trop dans le concept. Celle que les gens retiendront pour les mauvaises raisons.

C’est triste quand la publicité devient un sujet de discussion, car elle ne devrait pas être plus qu’un mal nécessaire. Jamais on ouvre la télévision pour regarder les publicités. Elles sont là, tant mieux si elles sont agréables, tant pis sinon.

Mais quand un publicitaire exploite un concept plusieurs années, il s’incruste dans la mémoire collective en essayant de faire de la pub un spectacle, un rendez-vous télé. Ça ne fonctionne jamais. C’est toujours un irritant.

Parlez-en à Trivago et au petit singe de Subway.

À l’exception peut-être de Donald Pilon en pizza géante, il n’y a pas de plaisir à voir et revoir les mêmes concepts publicitaires. Cette déclinaison de Metro ne fait pas exception.

Publicitaires, prenez des notes. Soyez discrets même si vous voulez qu’on remarque vos marques. Parce que quand vous attirez l’attention, c’est rarement pour les bonnes raisons.  

Articles récents du même sujet