Arts et spectacles

«Les rois du silence»: le coup de projecteur d’Olivier Niquet sur les introvertis

Olivier Niquet Photo: Josie Desmarais/Métro

Vous détestez le small talk, vous craignez d’être le centre de l’attention et vous avez de la difficulté à vous vendre? Vous êtes peut-être un.e introverti.e, ces personnes sous-estimées à tort par la société, selon Olivier Niquet.

Devenu malgré lui le porte-parole de cette communauté discrète, le chroniqueur et coanimateur de La soirée est (encore) jeune démontre avec humour et esprit qu’on gagnerait à faire briller les introverti.e.s dans son essai Les rois du silence – Ce qu’on peut apprendre des introvertis pour être un peu moins débiles et (peut-être) sauver le monde.

Dans cet ouvrage fouillé aussi éclairant que divertissant, il déplore (avec raison) que notre «économie de l’attention» n’en ait que pour les grandes gueules. Pourtant, parler fort n’est pas gage de pertinence.

Si comme l’autrice de ces lignes, vous êtes plus à l’aise dans l’écoute que dans la parole et dans l’ombre que dans la lumière, vous vous reconnaîtrez sans doute dans les nombreuses anecdotes personnelles dont fait part l’auteur.

Si, au contraire, vous faites partie de ceux et celles qui «souffrent d’incontinence verbale et qui apprécient un public captif», comme les décrit affectueusement Olivier Niquet, cet essai sérieux-qui-ne-se-prend-pas-au-sérieux vous permettra de mieux comprendre cette majorité silencieuse.

Je souffre d’avoir trop d’écoute. Quel enfer. Bien sûr, je ne peux pas parler pour tous les introvertis (déjà, que je parle pour moi relève de l’exploit). Ils ont probablement tous des raisons différentes de se taire.

Extrait du livre Les rois du silence

Les rois du silence est offert en librairie aux Éditions de Ta mère.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet