Soutenez

LGBTQ2S+: pas de défilé cette année? Filons au musée

Photographie de JJ Levine dans sa série «Portraits Queer» Photo: JJ Levine, gracieuseté du Musée McCord

La semaine de la fierté est terminée, le défilé n’a pas eu lieu et vous cherchez une autre façon de vous imprégner des couleurs de la communauté LGBTQ2S+? Eh bien, il vous reste un peu plus d’un mois pour aller vous reconnecter avec ses réalités – à la fois sombres et lumineuses – en parcourant l’exposition Photographies Queer de JJ Levine au musée McCord.  

JJ Levine, c’est un photographe trans, montréalais, détenteur d’une maîtrise de l’Université Concordia en beaux-arts avec concentration en photographie. Ses œuvres traitent de l’identité de genre, de sexualité, d’intimité et de queerness. Ses trois séries de photos, qui mettent en lumière sa «famille» queer, sont exposées au 2e étage du musée de la rue Sherbrooke.  

1re série : Portraits Queer 

Portraits Queer, c’est un projet qui a commencé en 2006, avec des proches du photographe. Les photos sont pour la plupart prises dans l’appartement des sujets et, si ce n’est pas le cas, des objets appartenant à la personne devant la lentille sont ajoutés au décor par souci d’authenticité.  

Cette série est composée de 52 photos grand format aux couleurs punchées et au fini texturé de personnes qui nous regardent dans les yeux, ce qui crée une impression d’intimité. C’était important dans l’approche de l’artiste de ne pas aller vers le sensationnalisme médiatique, qui passe souvent par la sexualité, pour représenter sa «famille».  

Les poses des sujets sont inspirées par l’art du portrait studio, donc même si on peut remarquer une touche documentaire dans l’expo par le lieu où se trouvent les sujets, leurs histoires et la non-retouche, le tout reste dirigé : on choisit la pose, les couleurs, les vêtements, on modifie le décor pour que le visuel soit fidèle à l’idée du photographe.  

Parmi les photos qui ressortent du lot, on note Enceint, où on voit Harry, le partenaire du photographe, cicatrisé sur le haut du corps, qui porte la vie.  

Clichés physiques 

Les photos sont toutes prises en pellicule. Les tests sont faits en numérique pour que le photographe puisse évaluer le cadre, la composition de la photo et la lumière, mais dès que tout est déterminé, elles sont prises en pellicule. Le photographe ne les retouche plus à la suite de leur développement en chambre noire.  

Pourquoi retourner vers la photo sur pellicule? Eh bien, cette approche permet une texture particulière dans l’image, qui donne une impression de réalisme et qui fait ressortir les couleurs de manière saturée.  

Place à la vidéo 

La zone où se trouve un projecteur qui diffuse sur une toile est particulièrement intime et poignante. Trois courtes vidéos, filmées encore une fois sur pellicule, y sont projetées en boucle : Grand cœur d’enfants, Un océan d’amour et Amies et Enfants dansant.  

Dans la première vidéo, on aperçoit trois enfants qui prennent le thé ensemble, innocents, riant, vivant le présent. La chanson de Pierre Lapointe Au 27-100 rue des Partances berce le tout. 

La deuxième vidéo est poignante : le partenaire de JJ avec leur enfant dans le bain, flottant et s’aimant. Prenez le temps de vous immerger. Des larmes de beauté vont peut-être couler. 

Finalement, c’est le bonheur pur dans le dernier roulement, quand deux générations de personnes dansent et s’amusent devant nous durant de longues minutes. 

2e série : Seul ensemble 

Cette série de photos, commencée en 2007, représente des couples hétérosexuels qui partagent des moments intimes. Plus vous portez attention (et plus vous lisez les affiches explicatives), plus vous remarquerez que c’est en fait toujours le même sujet qui joue et l’homme et la femme de la photo. Le processus en pellicule photo a demandé l’assemblage de plusieurs négatifs pour que le résultat fonctionne. 

3e série : Permutations 

Permutation, c’est à première vue des couples hétérosexuels sur leur 36, photographiés deux fois. En regardant plus attentivement, vous vous rendrez compte que chacun.es des sujets joue une fois l’homme et une fois la femme sur les photos. Le résultat et l’effet sont réussis, demandant une grande observation pour voir les subtilités du processus.  

L’exposition prend fin le 18 septembre prochain.  

Queer, ça vient d’où ça donc? C’est un terme anglais qui date du 17e siècle et qui désignait «une personne étrange, excentrique, bizarre, en apparence ou en caractère», selon le Oxford English Dictionary. Dans les années 90, le mot a été repris par la communauté pour revendiquer sa marginalité face aux normes d’orientation sexuelle et/ou d’identité de genre. 

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.