Inspiration

Drag non binaire et drag en tous genres  

Anaconda LaSabrosa
Anaconda LaSabrosa est un.e artiste de drag qui fait des performances genderfuck. Photo: Gracieuseté PixZabelle

Drag queens, drag kings, c’est bien fun, mais c’est pas un peu trop binaire pour cet univers où le genre est passé au tordeur, éclaté, pourfendu? Eh bien, justement, les drags non binaires viennent renverser nos conceptions de cet art tantôt mainstream, tantôt marginal.  

Avec RuPaul’s Drag Race et sa quinzaine de spin-off et adaptations à travers le monde, on peut dire que le grand public s’est sérieusement familiarisé avec l’univers des drag queens dans la dernière décennie, même si l’actualité récente montre que ce n’est pas le cas de tout le monde. Il est donc temps de faire une place aux autres styles de drag.

D’abord, c’est important de mettre une chose au clair: le genre de l’artiste n’indique pas le genre du personnage incarné. Oui, le portrait classique, c’est un homme dans la peau d’une femme. Mais l’art de la drag, c’est justement de jouer avec les stéréotypes de genre et de les dépasser. Une femme peut donc parfaitement être une drag queen, tout comme une personne non binaire peut choisir d’incarner un personnage genré.  

Quelques définitions pour nous mettre sur la même page
Drag queen: un personnage de femme traditionnellement incarné par un homme, mais qui peut aussi être joué par une femme ou une personne non binaire. 
Drag king: un personnage d’homme traditionnellement incarné par une femme, mais qui peut aussi être joué par un homme ou une personne non binaire. 

C’est d’ailleurs le cas de Kelly Holzmuller, une personne au genre fluide qui se transforme en très masculin Will Charmer depuis maintenant cinq ans. Au contraire, Anaconda LaSabrosa s’identifie comme non binaire autant dans son quotidien que dans son personnage, dont les performances tiennent du genderfuck.  

Le quoi? 

«Genderfuck, c’est simplement ne pas être masculin ni féminin, mais être les deux. C’est comme un état d’âme!», explique Anaconda LaSabrosa, qu’on peut voir lors des soirées Coven du Diving Bell, sur Saint-Laurent. Ses performances sont plutôt crues et avant-gardistes, bien différentes de ce qu’on pourrait voir au Cabaret Mado. «Souvent, ça va avoir un message très politique: les personnes queers ont leur place et on doit leur donner.» 

Genderfuck: un personnage dont la présentation tient à la fois du féminin et du masculin, par exemple en portant la barbe et une robe. Le terme peut aussi désigner une expression ou une identité de genre sans être associé à la drag.  

Un exemple? Tanné.e de l’hétéronormativité dans les cours d’éducation à la sexualité, iel a décidé de faire un numéro satirique pour montrer comment être un bottom et faire sa routine de nettoyage. «Pour moi, c’était important de créer quelque chose comme ça, parce que c’est informatif, mais c’est aussi très comique. Tu ne vois pas ça partout!» 

Si vous n’avez jamais entendu parler du genderfuck, c’est qu’il s’agit d’un type de performance encore assez marginal. À Montréal, en plus d’Anaconda LaSabrosa, on a bien Heaven Genderfuck, La Freak du show et l’artiste burlesque Rosie Bourgeoisie, mais ces personnes doivent organiser leurs propres soirées pour livrer des prestations qu’on n’est pas près de voir dans les compétitions télé.  

Explorer son identité de genre 

«C’est sûr que la drag peut inciter une certaine réflexion sur son identité de genre, affirme Anaconda LaSabrosa. Quand on passe de quelqu’un de masculin à quelqu’un de féminin, par exemple, on voit les choses différemment, du moins momentanément.» 

C’est justement ce que Kelly Holzmuller a vécu en mettant au monde Will Charmer. Kelly vivait beaucoup de dysphorie de genre, laquelle entraînait une si grande détresse psychologique qu’iel en a arrêté de marcher pendant quelques mois, à partir de l’automne 2016.  

Début 2017, iel a eu une réduction mammaire qui l’a énormément aidé.e. Puis, en septembre de la même année, Will Charmer est né. C’est ce qui a fait réaliser à Kelly qu’iel voulait vivre son quotidien comme personne non binaire tout en ayant un personnage qui lui permettait d’exploiter son identité masculine. «Je ne ferme pas la porte à une transition un jour dans ma vie, mais pour maintenant, Will me suffit.» 

Décoller les étiquettes 

Si Kelly finit par se définir comme homme trans un jour, iel n’a pas pour autant l’intention d’appeler Will Charmer un bio king. Tout en respectant le choix des personnes qui décident de se qualifier ainsi, iel estime qu’il s’agit d’une étiquette qui n’est pas nécessaire dans l’univers de la drag, où l’on vise à briser les barrières entre les genres. Son amoureuse, Alice Wildflower, se présente d’ailleurs comme une drag queen plutôt qu’une bio queen.   

Un bio king et une bio queen, c’est quoi?
Bio queen: une femme, généralement cisgenre, qui prend un personnage de femme. On parle aussi parfois de AFAB queen, faux queen ou hyper queen.
Bio king: un homme, généralement cisgenre, qui prend un personnage d’homme. On parle aussi parfois de faux king ou hyper king. 

«Trop de catégories, ça finit par mettre trop d’étiquettes à quelque chose qui ne veut pas en avoir», croit aussi Anaconda LaSabrosa. La drag est faite pour démocratiser les expressions de genre, mais trop les catégoriser finit par détruire l’idée du spectre du genre, selon certain.e.s artistes.  

Si l’on n’est pas toujours d’accord sur les différentes catégories de drag, tout le monde s’entend sur une chose: de par son histoire, cette forme d’art est forcément politique, même quand on fait dans le divertissement. «Ça reste une façon de montrer que j’existe et que j’ai le droit de m’affirmer comme je suis», lance la personne derrière Will Charmer.  

Autres définitions qui pourraient vous servir
Drag queer: un personnage non binaire, dont la féminité ou la masculinité n’est pas exagérée.  
Drag thing: sensiblement semblable au genderfuck, ce style de drag a la particularité qu’il peut dépasser le genre avec l’incarnation de clowns, de créatures, d’animaux ou même d’objets.  

Besoin d’idées d’activités? Inscrivez-vous à notre infolettre Week-end!

Articles récents du même sujet