Environnement

Nouvelle chaire de recherche industrielle à l'UdeM: en route vers l'avenir

L’Université de Montréal a lancé, lundi, la chaire de recherche industrielle en stockage et conversion d’énergie, fondée en collaboration avec l’entreprise québécoise Phos-tech Lithium, qui est elle-même issue de recherches menées à l’Université de Montréal.

Ayant pour but de rendre les batteries au phosphate de fer lithié plus efficaces et plus abordables, les recher­ches de la chaire sont co-financées  par Phostech Lithium et par le Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie du Canada.

Une nouvelle génération
Avantagée par son poids et sa capacité de stockage, la batterie au phosphate de fer lithié (LiFePO4), présentée comme un accumulateur de nouvelle génération, est déjà présente sur le marché, notamment dans des bicyclettes électriques, des outils portables et différents véhicules électriques. Elle serait plus stable et plus sécuritaire que la batterie à l’oxyde de cobalt utilisée dans l’industrie.

«Technologiquement, le produit n’a pas déçu les espérances. Ce qui reste maintenant à faire, avant de le voir dans la voiture de monsieur Tout-le-Monde, c’est d’en optimiser le coût et la durée de vie pour que les accumulateurs aient la même durée de vie que la voiture et pour que son coût ne représente pas la totalité du coût du véhicule», note Michel Gauthier, président et cofondateur de Phostech Lithium.

Articles récents du même sujet