Inspiration

Occupation Double: pourquoi les femmes «loud» font peur aux gars?

Jenny, candidate vedette d'Occupation Double dans l'Ouest
Jenny, candidate vedette d'Occupation Double dans l'Ouest Photo: jenny.od_officiel/Instagram

Les Québécois scotchés devant Occupation Double n’ont pas pu rester indifférents devant Jenny, cette participante pétillante et plantureuse à la chevelure platine, aux tenues rose flash et à la personnalité extravertie. Si une partie du public est tombée sous son charme, l’amour ne semble pas réciproque du côté des garçons de l’émission. Aucun candidat n’a montré de l’intérêt envers elle. Pourquoi donc…?   

Les genres dans des boîtes

Lorsqu’on lui a raconté la situation de la fameuse Jenny, Kanica Saphan, sexologue et fondatrice du Sofa sexologique, a tout de suite pensé aux stéréotypes de genre.  

«Il existe des boîtes dans lesquelles on met les hommes et les femmes», croit-elle.  

Ainsi, selon la spécialiste des couples, le moule pour la femme typique demeure celui de la femme réservée, maternelle, docile. Une image qui semble correspondre davantage au personnage d’Amélie (une autre candidate) qu’à celui de Jenny. Et c’est justement cette autre participante qui a été préférée par le garçon que Jenny courtisait.  

La Madone et la putain

Pour expliquer cette propension à choisir la femme plus sage, Kanica Saphan évoque le complexe de la Madone et de la putain. Selon cette théorie, l’homme divise les femmes en deux catégories incompatibles. D’un côté, la putain, cette femme libérée avec qui l’on peut coucher et avoir du fun, mais avec qui on ne pourrait pas sortir et qu’on ne présenterait pas à ses parents. De l’autre, la Madone, «la bonne petite fille, la femme respectable» – notez l’utilisation de guillemets – avec qui l’on bâtit une famille. 

Il s’agit pour la sexologue de sexisme ordinaire.  

«Ce sont des stéréotypes de genre tellement intériorisés qu’ils n’apparaissent même plus problématiques.» Selon elle, quand une femme s’exprime fort, prend la parole, elle dérange et en est pénalisée. C’est ce qui arrive à Jenny. La candidate ne semble pas non plus être prise au sérieux par tous les nouveaux candidats qu’elle rencontre. 

Incohérence dans le discours 

Mais en 2021, à l’heure où on clame haut et fort l’égalité des sexes, n’avons-nous pas dépassé ce genre de stéréotypes? 

«Même si aujourd’hui, les discours ont changé et qu’on se dit beaucoup plus ouverts et tolérants, les mentalités véritables prennent beaucoup plus de temps à changer. On ne veut pas passer pour des rétrogrades, fermés d’esprit, mais quand on regarde les comportements des gens versus ce qu’ils disent, c’est très différent», estime la sexologue. 

C’est plutôt dommage puisque Jenny est visiblement appréciée des téléspectateurs sur les réseaux sociaux. Soyons honnête, elle donne un sacré bon show, et elle le sait. Elle l’a dit à l’émission. Mais le spectateur n’est pas impliqué dans l’aventure. Il n’a pas le même but que celui des candidats masculins, pointe Kanica Saphan.  

La sexologue soupçonne même que le public choisirait aussi la Madone s’il était davantage impliqué. «Les gens verraient leur incohérence s’ils avaient une relation ou une responsabilité avec cette personne.» 

Il faudra continuer d’écouter Occupation Double pour changer les mentalités. Ou pas. 

@journalmetro

L’amour ne semble pas réciproque à OD entre les gars et Jenny. Pourquoi? #od #occupationdouble #sexism #mtl #qc #realitytv #montreal #quebec #jenny

♬ Tainted Love – Soft Cell



Articles récents du même sujet