Inspiration

Déneiger sans se blesser

Déneigement
Photo: Frédéric Hountondji/Métro Média

Avec les grandes quantités de neige qui s’abattent sur la métropole, il est important de déneiger en toute sécurité pour éviter de se blesser.

Bien déneiger son automobile

La Direction régionale de la santé publique de Montréal (DRSP) rappelle que les risques d’intoxication au monoxyde de carbone sont plus importants lors de tempêtes de neige.

Il est recommandé de ne pas laisser sa voiture fonctionner au moment du déneigement et de s’assurer que la neige accumulée autour du tuyau d’échappement et autour de l’automobile est bien enlevée. Cela évite que les gaz d’échappement s’accumulent sous le véhicule et qu’ils ne s’introduisent dans ce dernier à des concentrations pouvant être mortelles.

Des bons gestes pour ne pas se blesser

Selon l’Association chiropratique canadienne, le pelletage causerait des douleurs musculaires et articulaires chez 31% de la population.

«Les patients que nous recevons en clinique après une tempête de neige se présentent principalement avec des douleurs au bas du dos, au cou et aux épaules», a expliqué dans un communiqué le vice-président de l’Association des chiropraticiens du Québec, Dr Guillaume Corbin.

Il existe cependant quelques conseils pour éviter que le pelletage ne tourne mal. Il est ainsi recommandé d’utiliser une pelle légère et adaptée à sa taille. Il est préférable de pousser la neige au lieu de la soulever et de dégager la neige en hauteur avant de s’attaquer à celle au sol.

Une bonne position corporelle est à adopter en gardant son dos droit et en pliant les genoux pour se baisser. Il est conseillé de faire pivoter tout son corps en déposant une pelletée pour éviter les torsions du tronc. Avant le pelletage une petite séance d’étirement est aussi conseillée.

Au lieu d’attendre la fin de la tempête, il est préférable de sortir plusieurs fois pelleter et de prendre plusieurs petites pelletées que des grosses pelletées plus lourdes.

Gare aux pannes de courant

La DRSP recommande de ne pas utiliser d’appareils d’appoint alimentés par un combustible. Elle rappelle aussi de faire vérifier chaque année son système de chauffage lorsque ce dernier est alimenté au gaz, au mazout ou au bois.

Il est donc conseillé d’installer un avertisseur de monoxyde de carbone dans les logements où le chauffage est à risque d’émettre du monoxyde d’azote et dans les habitations attenantes à un garage fermé ou au-dessus d’un stationnement intérieur.

À Montréal, les deux tiers des logements possèdent au moins une source d’émission de monoxyde de carbone. La DRSP signale que seulement un tiers d’entre eux possède un avertisseur de monoxyde de carbone.

Pelleter peut tuer

Dans un article publié sur le site de l’observatoire de la prévention de l’Institut de cardiologie de Montréal, le Dr Martin Juneau explique les conséquences du pelletage sur l’organisme.

En effet, pelleter causerait une augmentation de plus de 75% de la fréquence cardiaque maximale ainsi que de la pression artérielle et de la demande en oxygène par les muscles. Il y cite une étude réalisée en 2017 qui montrait qu’au lendemain d’une chute de neige, le risque d’infarctus du myocarde augmente significativement pour les hommes.

L’étude montrait que lorsque la chute de neige était importante, le risque d’être hospitalisé pour un infarctus du myocarde était de 16%. Le risque de mourir de cet infarctus le lendemain d’une chute de neige était de 34%.

Le Dr Juneau recommande donc dans son article que les personnes en mauvaise santé doivent donc s’abstenir de pelleter.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet