Ahuntsic-Cartierville

Les vélos ne sont pas les bienvenus au Bois-de-Saraguay

Sentier bois-de-Saraguay
Photo: Collaboration spéciale/CLIC Bordeaux-Cartierville

Alors que de nouveaux sentiers ont été aménagés au Bois-de-Saraguay, ceux –ci ne sont autorisés que pour les piétons. Avant ces agencements, les cyclistes avaient pris l’habitude d’utiliser les différents sentiers du boisé.

Le groupe de citoyens qui milite pour la préservation du Bois-de-Saraguay a convaincu les autorités municipales d’interdire les vélos dans le bois. Des pancartes ont été posées et des installations tubulaires ont été installées aux accès pour gêner la manœuvre des bicyclettes. Mais cela n’a pas été aussi dissuasif que prévu.

Jocelyne Leduc Gauvin, membre de ce comité reconnaît qu’il y a encore du travail à faire pour sensibiliser les usagers des deux roues. «J’ai passé un long moment il y a quelques jours à expliquer aux gens qui passaient à vélo que les sentiers ont été mis en place uniquement pour les piétons», raconte-t-elle.

Les sentiers pourraient inviter les cyclistes à les emprunter tant ils sont bien réalisés. Photo: Collaboration spéciale/CLIC Bordeaux-Cartierville
Les sentiers pourraient inviter les cyclistes à les emprunter tant ils sont bien réalisés. Photo: Collaboration spéciale/CLIC Bordeaux-Cartierville

Il est vrai que les nouveaux chemins sont très invitants. Mais le projet est destiné à privilégier la ballade à pied ainsi que l’observation de la faune et de la flore. «Ces activités sont incompatibles avec le passage en vélo», s’insurge Mme Leduc Gauvin. Elle redoute les collisions entre vélos et piétons dans un boisé aussi petit.

«Quand on marche dans le Bois-de-Saraguay et que des cyclistes entrent dans le sentier, les piétons doivent arrêter et se tasser sur les côtés pour les laisser passer», explique-t-elle.

Le vélo oublié
Considéré comme une des plus anciennes forêts de Montréal, le Bois-de-Saraguay couvre près de 100 hectares. Il est bordé par le boulevard Gouin au nord et par une voie ferrée, deux chemins empruntés par les cyclistes, mais jugés dangereux.

«Il est vrai que c’est un peu excessif pour le vélo, observe Fréderic Bataille de l’organisme de promotion du vélo, Ahuncycle. Toutefois, je comprends l’utilité de protéger un milieu naturel fragile en réduisant la pression.»

Pour lui la position de la forêt aurait pu permettre un circuit plus sécuritaire pour les vélos. «Tant qu’à faire des sentiers, on aurait pu réaliser un lien cyclable d’est en ouest», souligne-t-il.

Selon des correspondances entre la Ville et le comité citoyen, il semble qu’il n’a jamais été question d’autoriser les cyclistes dans le bois. On prévoit des aménagements sur le Boulevard Gouin et la réalisation d’une piste multifonctionnelle qui longe la voie ferrée permettant une bande cyclable plus sure. Deux projets importants dont le premier coup de pioche n’a pas encore été donné.

Articles récents du même sujet