IDS-Verdun

L’art autochtone célébré au lancement du Wapikoni mobile

:La soirée de lancement de la programmation du Wapikoni mobile. Photo: Gracieuseté

Des portes ouvertes ont eu lieu il y a deux semaines au Quai5160 afin de souligner la première résidence de création XR (réalité virtuelle, augmentée ou mixte) du Wapikoni. Au total, 115 visiteurs ont participé à l’expérience immersive dans le nouveau dôme nomade et ont pu voir des œuvres cinématographiques originales avant de partir pour une tournée pancanadienne des communautés autochtones.

Les créateurs derrière ces projets sont l’artiste multidisciplinaire et réalisatrice Anicinape, Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo, la chanteuse, compositrice, comédienne et conteuse innue, Kathia Rock, l’illustrateur, réalisateur et animateur 3D de la nation Mi’gmaq, Raymond Caplin, ainsi que l’acteur mohawk, Taio Gélinas.

Le Wapikoni est un organisme à but non lucratif dont la mission est de promouvoir des talents créateurs autochtones par le biais de courts métrages, la musique et les projets XR. L’objectif est de faire rayonner les œuvres des artistes à travers le Canada et ailleurs dans le monde.

Récemment, la projection annuelle de la programmation du Wapikoni a eu lieu à la Maison de la culture de Verdun. L’événement de l’an dernier ayant été annulé en raison de la pandémie, 11 courts métrages réalisés entre 2019 et 2021 ont été sélectionnés par une équipe de commissaires autochtones pour la programmation.

Remise de prix

Autour du thème «La Fierté dans chacun de nos pas», l’événement était l’occasion de célébrer la créativité et la résurgence des membres des Premières Nations, Inuit et Métis. En tout, quatre prix ont été remis lors de la soirée du 20 août.

Le prix de la relève Bell Média qui récompense le film se démarquant le plus par ses qualités artistiques a été remis à Kijâtai-Alexandra Veillette-Cheezo pour Odehimin (Baie du coeur), dont le thème est se reconnecter avec soi-même et réapprendre à s’aimer.

La nouvelle bourse de la Fondation famille Kenny Tang souligne l’engagement et l’impact d’une œuvre. C’est Jack Belhumeur, artiste métis de Thunder Bay en Ontario qui a été lauréat pour sa participation engagée à travers plusieurs projets du studio virtuel du Wapikoni.

Innue de la communauté de Pakua Shipi, Mika Tenegan a reçu le prix de la Fabrique culturelle pour son engagement lors des projets de la dernière escale mobile du Wapikoni mobile à Pakua Shipu, sur la Côte-Nord.

Finalement, les participants présents au Quai5160 et sur la diffusion en direct de l’événement sur Facebook ont remis le prix du public Bell Média. Celui-ci a été décerné à Stéphane Nepton, artiste innu de la communauté de Mashteuiatsh pour son film L’Innu du futur. Cette création cinématographique est décrite comme une ode au territoire en lien avec la dualité identitaire de l’auteur en tant qu’Autochtone urbain.

Articles récents du même sujet