IDS-Verdun

Verdun ou L’Île-des-Sœurs: où ira le centre aquatique

Photo: Archives

Le centre aquatique promis aux résidents de Verdun pourrait finalement se retrouver de l’autre côté de la rive, à L’Île-des-Sœurs. Une pétition circule présentement pour conserver l’emplacement initial, prévu au parc Arthur-Therrien. Plus de 700 citoyens ont déjà signé le document.

En 2008, l’administration municipale avait annoncé le projet de deux piscines intérieures dans l’arrondissement. «À l’époque, il y avait un programme fédéral rattaché à cela, ce qui n’existe plus aujourd’hui», explique le maire de Verdun, Jean-François Parenteau.

L’arrondissement possède une seule piscine intérieure située à l’Académie Beurling, qui peut accueillir 75 baigneurs. Les besoins pour un centre aquatique sont donc présents dans tous les quartiers de Verdun. Le futur complexe permettrait d’accueillir 500 baigneurs.

L’actuel projet est financé entièrement par la ville-centre. Le centre aquatique de Verdun doit voir le jour après celui des arrondissements Rosemont et Pierrefonds-Roxboro.

Le projet divise les résidents de l’arrondissement. Les Verdunois plaident qu’ils attendent ce projet depuis 2008 alors que les Insulaires font valoir que les besoins en équipements collectifs sont criants à L’Île.

Le terrain du parc Arthur-Therrien est actuellement réquisitionné par la Société québécoise des infrastructure (SQI) dans le cadre du projet d’agrandissement de l’Hôpital de Verdun. Ce chantier devrait se terminer en 2025. Ainsi, l’arrondissement analyse l’option d’implanter le centre aquatique à même la future école à L’Île-des-Sœurs.

Accessibilité 

Le Verdunois Simon Rouleau, père de deux enfants, se déplace présentement à Saint-Lambert, sur la Rive-Sud, pour les cours de natation de ses enfants. Il se considère privilégié de se déplacer en voiture, mais il constate que cela n’est pas la réalité de nombreux résidents de son quartier.

Il devrait y avoir une planification à L’Île-des-Sœurs pour répondre aux besoins [infrastructures]. Ça ne veut pas dire que le complexe qui devait avoir lieu à Verdun doit être transféré là-bas.

Simon Rouleau

M. Rouleau croit que le centre aquatique devrait être installé dans un pôle central accessible au maximum de citoyens. Selon lui, un centre aquatique à L’Île-des-Sœurs serait surtout accessible pour les Insulaires. Comme une grande proportion de résidents de L’Île possède une voiture, il estime qu’il serait plus facile pour eux d’avoir accès à la piscine intérieure à Verdun terre ferme plutôt que le scénario contraire.

La Verdunoise Sophie Schumacher abonde en ce sens. «Ce n’est pas juste pour les Verdunois, mais pour tous les Montréalais. Je comprends très bien qu’il y a un manque d’infrastructures à L’Île-des-Sœurs, mais il y a un manque d’accessibilité à L’Île», exprime-t-elle.

Les élus se prononcent

Lors du dernier conseil d’arrondissement, M. Parenteau a surtout fait valoir que le centre aquatique devait voir le jour sur un terrain appartenant à la Ville, sinon les prix «exploseraient». 

La conseillère de Champlain-Île-des-Sœurs, Véronique Tremblay, a souligné d’emblée que la distance pour les résidents de Verdun terre ferme est aussi loin pour les résidents de L’Île-des-Sœurs.

«Il y a un projet d’école primaire et secondaire du côté de L’Île-des-Sœurs, mentionne-t-elle. On ne sait pas si cela nous donnera une occasion de le faire là-bas ou non. Il n’y a rien de coulé dans le béton, mais il y a une réalité de besoin d’infrastructures […] des deux côtés.»

La réponse de Marie-Andrée Mauger était attendue comme elle brigue le poste de mairesse d’arrondissement. Elle a expliqué que le commentaire du maire à la consultation publique sur les équipements collectifs de L’Île-des-Sœurs ne devait pas être interprété comme une annonce officielle. «Il y a un scénario à L’Île-des-Sœurs, mais ce n’est pas une annonce. On n’a pas le terrain», indique Mme Mauger ajoutant que l’arrondissement analyse toutes les options possibles.

Le conseiller d’arrondissement Pierre L’Heureux s’est prononcé sans nuances sur la question. «Sur le plan urbanistique, selon moi, ça ne fait pas de sens d’avoir une piscine à L’Île-des-Sœurs. Ce n’est pas nécessairement une question de densité […]c’est une question de centralité», déclare-t-il.

Articles récents du même sujet