IDS-Verdun

Besoin criant d’infrastructures collectives à l’Île-des-Sœurs

Un complexe aquatique pourrait voir le jour à L'Île-des-Soeurs. Photo: Archives

L’Île-des-Sœurs a un important déficit d’équipements collectifs, et celui-ci est appelé à augmenter avec la croissance de la population. En consultation publique, les résidents ont fait savoir que le centre aquatique, la bibliothèque et un pump track sont les installations qu’ils désirent en priorité.

En 2020, l’Office des consultations publiques de Montréal (OCPM) recommandait dans son rapport de planifier immédiatement les lieux publics à la Pointe-Nord de L’Île-des-Sœurs en y assurant une diversité des activités (récréatives, sportives, de détente, patrimoniales, culturelles et de conservation).

Le taux d’équipement par habitant à l’Île est largement sous la norme montréalaise. De plus, les lacunes identifiées ne prennent pas en considération la croissance démographique.

La conseillère en planification à l’arrondissement, Julie Mahoney, relève qu’il y a un manque pour une bibliothèque, un centre culturel, une salle de spectacle, un musée, un centre communautaire, un marché public, et plusieurs installations sportives extérieures et intérieures.

«Il y a un grand manque et c’est pour cela qu’on a besoin de faire une priorisation», précise-t-elle.

Opportunités

Le choix des équipements implantés en premier lieu sera tributaire de différentes opportunités telles que l’implantation d’une troisième école et une possible passerelle piétonne et cyclable qui relirait l’Île à la terre ferme.

Par exemple, pour le manque de gymnase, une collaboration avec le Centre de services scolaires Marguerite-Bourgeoys (CCSMB) permettrait de résorber ce déficit dans le cadre de la construction d’une école, soutient l’arrondissement.

Quant à la passerelle, qui est un projet présentement à l’étude à la ville-centre, et qui a été idéalisé il y a plusieurs années, l’administration locale estime que cela apporterait une fluidité des deux côtés de la rive et un partage des infrastructures.

«J’ai souvent débattu [ce projet] à la ville-centre parce que c’est le lien qui va permettre d’unir l’arrondissement et d’arrêter d’avoir deux solitudes», mentionne le maire de Verdun, Jean-François Parenteau.

Pour développer les futurs équipements, l’arrondissement fait appel à la firme Raymond Chabot Grant Thornton afin de réaliser une étude de besoins en matière d’équipements publics.

Pour le moment, l’arrondissement entrevoit prioriser l’implantation d’un complexe aquatique, un centre communautaire et une place publique. L’administration invite les citoyens à soumettre leur commentaire ou proposer d’autres idées.

Déjà, à la consultation publique, des résidents ont montré de l’intérêt pour une patinoire réfrigérée, des jardins communautaires, un nouveau quai près du fleuve et un terrain de soccer synthétique.

Le coût des infrastructures ajoutées sera assumé par la Ville de Montréal, mais l’arrondissement devra débourser pour la maintenance et le fonctionnement. Le premier projet devrait voir le jour à court terme, soit d’ici cinq ans.

La consultation publique se poursuit jusqu’au 28 mai. Les idées peuvent être proposées en ligne ou sur formulaire aussi disponible en format papier à la bibliothèque de L’Île-des-Soeurs.

16%

La croissance démographique de L’Île-des-Sœurs augmentera de 16 % d’ici 2029, comparativement à 9% pour l’ensemble de l’arrondissement.

Articles récents du même sujet