IDS-Verdun

Le Centre des femmes de Verdun déménage

Des membres du personnel et des bénévoles ont organisé les portes ouvertes du Centre des femmes qui se sont tenues la semaine dernière. Photo: Katrine Desautels

La fébrilité était palpable au nouvel emplacement du Centre des femmes de Verdun, qui fête 40 ans d’existence cette année. L’organisme qui milite pour le droit des femmes, mais aussi contre toutes les inégalités, est désormais installé dans les locaux de l’église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs.

Le Centre des femmes de Verdun a officiellement été inauguré le 29 juin 1981. Au départ, l’organisme se trouvait à même un établissement scolaire. Le centre a ensuite déménagé à cinq reprises au fil des ans.

Depuis 2016, l’organisme envisage l’achat d’une propriété entre autres grâce à un important don de la femme d’affaires Denise Pitre. Le projet d’achat ne s’est pas encore concrétisé, mais un comité finance et relocalisation assure un suivi.

La pandémie a interrompu plusieurs services du centre durant la crise. Certaines activités ont toutefois continué en vidéoconférence. Les mesures sanitaires et le nouveau local permettent aujourd’hui aux activités de reprendre. Prochainement, des ateliers sur la santé globale et sur le droit à l’avortement auront lieu. Le centre propose aussi plusieurs groupes ouverts au public comme le club de lecture et le club actif, qui comporte du yoga, du Pilates et de la danse urbaine.

Le Centre des femmes, c’est d’abord de permettre aux femmes et aux personnes issues de la communauté LGBTQ+ de se rassembler et de dire ce qu’elles vivent, ce qu’elles sont tannées de vivre et ce qu’elles ont le goût de changer.

Audrey T. Lafontaine

Pour les festivités du 40e anniversaire, un grand pique-nique a déjà eu lieu cet été avec les membres, mais l’objectif est d’organiser toutes sortes de célébrations au cours des prochains mois.

«On veut que les membres soient plus impliqués dans le processus et que ce soit leur événement. Un comité anniversaire a été créé dans lequel les bénévoles vont s’impliquer pour amener leurs idées et leur vision de ce que devrait être l’événement du 40e», explique l’intervenante en action communautaire, Emmanuelle Bonneau-Lebleu. L’événement phare de l’anniversaire du centre devrait avoir lieu d’ici le printemps prochain.

Luttes reliées

Le Centre des femmes est ouvert à toute personne s’identifiant comme femme ou issue de la diversité sexuelle et de genre. L’organisme préconise une approche globale de prévention, de sensibilisation et de promotion du bien-être physique et mental.

«Il y a des femmes qui vont cogner à notre porte parce qu’elles ont envie de parler et qu’elles ont besoin d’aide. C’est un pan de notre travail, mais le centre c’est aussi un milieu de vie, expose l’intervenante en action communautaire, Audrey T. Lafontaine. Il y a des femmes qui ont simplement envie de découvrir de nouvelles choses, rencontrer des gens, aller à un endroit où elles se sentent bien pour se poser.»

Mme Lafontaine indique que plusieurs de leurs dossiers portent actuellement sur les luttes menées par les personnes de la communauté LGBTQ+. «Ce sont des inégalités de genre aussi», plaide-t-elle.

Sa collègue, Mme Bonneau-Lebleu, explique que toutes les injustices sociales ont les mêmes bases. Par exemple, les enjeux relatifs aux classes sociales, à la pauvreté et au logement sont intrinsèquement liés à tout ce qui touche les droits de la femme et les violences faites aux femmes. «On partage une vision de convergences des luttes, en ce sens où toutes les luttes sont hyper-reliées», dit-elle.

Le Centre des femmes se veut un lieu ouvert où toutes les femmes peuvent entrer dans les locaux lorsqu’elles le désirent sans être jugées ou définies par leurs problèmes.

Articles récents du même sujet